logo

 

Simplement des brèves..... (0).

 

logo

Aller surfer dans les brèves suivantes qui peuvent
être comiques, tragiques, sur des faits qui nous interpellent....

En France

On se réveille..

UMP

Karoutchi contre la “repentance” Intitulée L’idée France est de retour ! et coordonnée par Roger Karoutchi, la contribution du Cercle République et Patrie au projet de l’UMP a été cosignée par près d’une centaine de parlementaires du premier parti de la majorité.
Parmi eux, le sarkozyste Yves Jég;
le libéral Lionnel Luca ou les très “droitiers” Jean-Jacques Guillet et Éric Raoult.
La dite contribution entend notamment dénoncer l’actuelle vague de “repentance”.
D’où le choix d’une citation de Chateaubriand, placée en exergue : «
Quand un peuple, transformé par le temps, ne peut plus rester ce qu’il a été, le premier symptôme de sa maladie, c’est la haine du passé et des vertus de ses pères. » Regrettant que « répudier la France et tout ce qu’elle incarne (histoire, exception culturelle, francophonie) (soit) une mode périlleuse qui se caractérise par une aversion du patriotisme », les signataires dénoncent l’actuelle « réécriture de l’histoire » tournant à « l’autoflagellation ». Cette « tendance à l’autodénigrement, poursuivent-ils, demeurant un obstacle à l’intégration ».

Crédit! dernier Valeurs actuelles ;le 15 /11/2006


Bonjour à tous,

Je voudrais vous faire part d'un article qui est paru
dans Le Courrier de l'Ouest, 2 novembre 2006. Il concerne le Saumurois :

"Il est tombé en Algérie lors d'une embuscade le 13 novembre 1960, fauché de 2 balles dans la poitrine. Originaire du Constantinois, Robert FANNI était gardien de la paix à la Compagnie républicaine de sécurité n° 199 à Sétif. A 28 ans, cet ancien soudeur laisse une veuve désemparée avec 3 enfants en bas âge. Son crops repose désormais en terre étrangère dans un caveau familial à Sétif.
Alexandre BARTHALAY, son collègue et ami présent le jour de son décès, aide ses proches à traverser la Méditerranée. Mme FANNI arrive en France avec de nombreux rapatriés. Logée dans des conditions précaires à Perpignan, puis Tours, elle arrive à Saumur où toute la famille est restée depuis.
C'est pourquoi
le Souvenir Français a voulu rendre hommage à son éproux "Mort pour la France" en inscrivant son nom sur le monument du cimetière de Saumur, dédié aux morts d'Afrique du Nord. Hier (1er novembre 2006), pour la première fois, en présence de Marie-Rose, sa femme et de Pierre-Yves, Claude et Maryline, ses enfants, les honneurs lui ont été rendus, en toute simplicité mais avec une émotion fort compréhensive".

Je rajouterais : il aurait pu avoir les honneurs plus tôt mais vaut mieux tard que jamais. Une pensée pour lui !...

Bonne lecture à tous et une pensée à tous ceux qui y sont restés quel qu'ils soient là où ils reposent là bas ou ici...

jdl

reçu par courriel

Entendu hier à la radio, Michel Serres.
"Encore un secret ignoré : la vraie force émane de la faiblesse"


Pour lui, la force de l'Europe, c'est sa faiblesse et son refus de domination...
En Philosophie, le sophisme est une forme de raisonnement. En politique, on a déjà connu ce type de discours: les partisans du désarmement dans les années 1930 à 1939 face à la montée de Hitler et de ses provocations pullulaient, en particulier à gauche et même chez les intellectuels juifs. On a vu le résultat !...
Les Romains, eux , qui nous ont amené 4 siècles de paix, disaient: " Si vis pacem, para bellum".


Qui est con ?

Tâter le cul des vaches et serrer des paluches n'est plus ce qu'il était. Jadis, les hommes politiques laissaient à leurs services le soin de « préparer leurs interventions publiques ». Ainsi, nos services qui auraient été si utiles à deviner les intentions de l'Allemagne préparaient le terrain en payant des figurants qui s'occupaient de faire croire aux badauds et aux journalistes que leur « client » était populaire.
Peut être que cette tradition a été oublié comme beaucoup de choses, car au Salon de l'agriculture, alors que M Chirac faisait son métier, serrer des paluches et sourire en ayant l'air de comprendre quelque chose, un paysan, sur son passage a commis un crime de lèse majesté : il l'a menacé de voter « Non » au projet de constitution européenne.

M Chirac a alors rassemblé toute ses ressources en intelligence et en sagesse et lui a répliqué que c'était « une connerie ».

Crédit : www.france-echos.com

 

Fierté des pieds-noirs

Bientôt tous les politiciens de l'an 2000, de gauche et de droite. vont demander pardon !

Et ce dans le seul but de glaner les voix des Français d'origine algérienne

Ne soyons pas dupes ayons le courage de dire non.

Les Français peuvent légitimement être fiers de ce que les pieds-noirs et nos soldats ont réalisé en Afrique et particulièrement en Algérie mises en valeur. constructions, éducation, soins

Les Afncains d'aujourd'hui en profitent et c'est bien car certains ont donné leur vie à la France.

J.Gérard, Metz
Crédit Le spectacle du Monde

 


Les bons comptes de l'imam...

l' imam de Venissieux

Des petits malins se sont amusés à calculer combien coûtait à la collectivité la famille de l'imam de
Venissieux,

Expulsé provisoirement par la France après avoir déclaré que l'on pouvait battre sa femme...

Pour la polygamie, Monsieur Bouziane dit : « J'ai déclaré à la Préfecture mon statut., Elle a accepté que ma deuxième femme me rejoigne en France sans lui délivrer de carte de résidence. Mais comme nos enfants sont nés en France, ils sont Français. Du coup même si elle n'a pas de papiers elle ne peut pas être expulsée ».
Même si je critique l'Occident je demande toujours aux musulmans qui m'écoutent de respecter la loi du pays où il vivent. "Je suis très heureux quand je vois des Français se convertir à l'islam car je sais qu'ils
sont sur le droit chemin
"
1) La deuxième épouse n'en est pas une . Elle est considérée par la C.A.F, comme un "parent isolé". Elle touche donc l'APL qui s'élève à 707,19 euros (4638,86 francs) pour un parent seul avec 1 enfant auquel on ajoute 176,80 euros (1159,73 francs) par enfant supplémentaire.

M. Bouziane a 16 enfants, 8 pour chaque femme. Mme Bouziane n°2 touche donc tous les mois 1944,79 euros soit 12757 francs.

2) Toujours pour ses 8 enfants l'épouse n°2 touche chaque mois 978,08 euros d'allocations familiales.

3) II est probable qu'elle ait 3 enfants de moins de trois ans elle a donc droit à l'A.P.J.E. 161,66 euros x 3 soit 484,98 euros

4) Comme "parent isolé" allocation logement, à la louche plus ou moins 300 euros

5) Avec 8 enfants elle n'a sans doute pas le temps de travailler, d'autant que son mari déclare que la femme musulmane "n'a pas le droit de travailler avec des hommes parce qu'elle pourrait être tentée par l'adultère"...
RMI pour une personne seule 417,88 euros + 167,15 euros par enfant soit au total 1755,08 euros
soit 11512,55 francs
6) Elle a au moins 4 enfants en âge d'être scolarisés : allocation de rentrée scolaire 257,61 euros x 4 =1030,44 euros soit un total (en mensualisant la rentrée scolaire) de 5548,80 euros par mois soit 36397,74 francs par mois.

7) Madame Bouziane n° 1 : avec ses 8 enfants 978,08 euros (6415,78 francs) d'allocations familiales tous les mois + 3 allocations pour jeune enfant 438,98 euros soit 3181 francs + allocation logement 300 euros à la louche + le RMI pour deux personnes 626,82 euros

+ 8 enfants 1964,02 euros (12883,13 francs)

+ allocation de rentrée scolaire pour 4 enfants 103 0,44 euros (6759,24 francs)

Au total Mr et Mme Bouziane n°l peuvent toucher3812,95 euros / mois:

soit : 25 011,31 FF +Madame Bouziane n°2 peut toucher 5584,80 euros / mois soit : 36 633,88 FF

61 409,05 francs mensuels...

Méditez, pestez, hurlez, ... mais surtout continuez à bosser dur, car il faut payer! ! !

Bon courage.

 

Ps Oui La France est généreuse avec les sous des citoyens

Oui la France comme disent les Algériens

"FRANCA KAHBA OU ATTAYA !!!"

Reprise de presse

Banalisation du terrorisme...

En Algérie, le Gouvernement "banalise" le terrorisme. Dans quelques années, on lui consacrera des noms de rues, des films et des livres. Ils n'ont qu'à demander la recette à De Gaulle, et ses successeurs. Ils ont laissé bâtir un califat par le fer et le feu. ( Bessif...).
Ne te demande pas pour qui sonne le glas !...


Éditorial (Edition du 6/6/2004) Liberté-Algérie
Délit de banalisation Par Farid Alilat

Les terroristes profitent du moindre moment d'accalmie pour porter des coups mortels. Et surtout, ils ne renoncent pas à leur idéal : bâtir un califat par le fer et le feu. Il est tout à fait injuste pour leur mémoire et pour leurs familles éplorées que l'assassinat de 10 militaires n'ait suscité aucune réaction de la part des officiels algériens. Pas le moindre geste solennel de compassion pour les victimes. Pas une once de condamnation. Et le Chef du gouvernement, qui organisait, hier, une conférence de presse, n'a même pas évoqué le drame. Tout comme il est juste que la classe politique et la société se taisent devant un tel drame. 10 militaires ont été arrachés à la vie, autant de familles à jamais brisées, par des terroristes islamistes. Cela n'intéresse que quelques titres de la presse indépendante.Le terrorisme est-il donc tombé dans une telle banalité pour ne susciter que l'intérêt des journalistes et l'indignation d'une poignée d'éditorialistes ?Taisez-vous ! semblent suggérer les officiels. L'heure est à la grande fraternité avec les islamistes. L'heure est à la réconciliation avec les égorgeurs, l'heure est à la reddition.Les pauvres militaires, patriotes, gardes communaux et policiers peuvent bien encore se faire trucider dans l'anonymat que cela n'empêchera pas nos gouvernants de préparer tranquillement le lit de la République aux intégristes. Bien sûr, dès lors que l'on a décrété que le terrorisme ne menace plus les fondements de l'État, l'on peut aisément tolérer un terrorisme résiduel qui emporte, mine de rien, une trentaine de personnes par mois. Bien sûr, ces victimes seront passées pour pertes et profits. Des cadavres à mettre en bas de la note de la réconciliation nationale.Il est regrettable que nous n'ayons pas encore assimilé toutes les leçons de dix ans de lutte et de résistance contre le terrorisme.Les terroristes profitent du moindre espace vide laissé par les résistants de tous bords pour l'occuper, ils profitent du moindre moment d'accalmie pour porter des coups mortels, ils exécutent à merveille le partage des rôles entre le politique et le militaire. Et surtout, ils ne renoncent pas à leur idéal : bâtir un califat par le fer et le feu.Hélas, ils viennent encore une fois de nous le rappeler d'une façon extrêmement brutale, comme d'habitude. Dix militaires tués, mercredi, un chef de sûreté assassiné, samedi.

reçu par e_mail


En écoutant France-Culture

.

«... Il ne faut pas croire que les communautés pied-noire et algérienne ont vécu d'une manière séparée, en
ennemies. Ça, c'est absolument faux...
».

- «... Les communautés pied-noire, juive et arabe ont vécu dans une harmonie normale. Je veux dire, c'était pas le paradis..., c'étaient de pauvres gens qui vivaient en bonne entente... ».

- «... Les gens n'arrêtent pas de dire : "Ah, quand la France était là, les choses marchaient mieux. Tout le monde le dit..."».

Boualem Sansal
Auteur
de : Le serment des barbares,
L'enfant fou de l'arbre creux
(Gallimard)

Credit :Credit L'Algérianiste N° 94 _juin 2001
Revue culturelle
BP 213
11102 Narbonne cedex
Tél/fax : 04 68 65 05 66


Récemment, la ministre de la Communication et de la culture

Mme Khalida Tpumi {a fait une descente] au 2e Salon du Livre d'Alger où elle a décidé d'interdire à la vente un dictionnaire Larousse qui comportait une carte du Maroc sans ses frontières légales avec le
Sahara Occidental, lequel se retrouve rayé de la carte géographique. La saisie de plus de 100 000 exemplaires du «dico» incriminé prouve, ainsi, que ce type de problème est sérieusement pris en
considération au niveau officiel


.

06.10.02 - Algérie : Des perspectives nouvelles pour l'Eglise.

L'Eglise en Algérie, c'est 3.000 baptisés pour un pays de plus de 30 millions d'habitants, mais l'espérance est au coeur de cette petite communauté.

Mgr Henri Teissier, Archevêque d'Alger vient de publier dans " Rencontres ", la Semaine Religieuse du diocèse d'Alger, un article qui présente le chemin parcouru, et trace les perspectives nouvelles de l'Eglise locale, en soulignant en particulier, les raisons d'espérer pour la petite communauté catholique dans un Pays musulman.

" Pendant la crise de 1993-1998, nos communautés se sont réduites, souvent à peu de chose. Il était difficile en effet de prendre des initiatives trop visibles. Mais à présent, le contexte général n'est plus celui d'auparavant. Il est possible maintenant d'organiser des initiatives même pendant l'été pour les jeunes "
.
(source : fides)

Crédit: e_mail reçu d'Anonyme


La faillite économique

de l'Algérie

En 1962, la France laissait une Algérie prospère, autosuffisante et exportatrice de productions agricoles. Aujourd'hui, le pays est contraint d'importer jusqu'à 60% de ses besoins en céréales.
En 1961, l'Algérie exportait 600.000 quintaux de grain et 700.000 de semoule. Durant la décennie 1990, la moyenne des importations de ces produits se situa entre 5 et 30 millions de quintaux par an. L'Algérie n'exporte plus d'oranges alors qu'avant 1962, les exportations étaient de 200.000 tonnes.
L'Algérie n'exporte plus de tomates, de carottes, d'oignons, de haricots verts, de melons, de courgettes, etc...

Toutes ces productions faisaient pourtant la richesse de ses maraîchers avant 1962. Avant cette date, les primeurs algériens débarquaient à Marseille par bateaux entiers, notamment les pommes de terre nouvelles dont les exportations annuelles oscillaient entre 500.000 et un million de quintaux. Sans parler des légumes secs ou des dattes. Quant aux figues sèches, l'Algérie en exportait environ 120.000 quintaux par an.
Avant 1962, l'Algérie exportait 100.000 hectolitres d'huile d'olive et 50.000 quintaux d'olives
, tandis qu'aujourd'hui, la production nationale ne permet même pas de satisfaire la demande locale.
La situation est à ce point dramatique que l'Algérie doit aujourd'hui consacrer le quart de ses recettes en hydrocarbures -ses seules recettes- à l'importation de produits alimentaires de base dont elle était pourtant exportatrice avant 1962.
Les autorités algériennes ne peuvent pas, pour leur défense, invoquer la guerre civile actuelle, car tous ces chiffres sont antérieurs à l'année 1994 qui a vu le début de l'insécurité dans les campagnes. Et les chiffres actuels sont encore plus catastrophiques.

En dépit de l'embellie des cours du pétrole brut, la situation est aujourd'hui catastrophique. Le chômage touche au moins trois millions de personnes, soit 32% de la population active. Les licenciements se multiplient, atteignant le nombre effarant de 400.000 dans les entreprises d'Etat depuis le plan de restructuration du FMI de 1994. Les salaires sont payés avec retard et les émeutes ouvrières deviennent de plus en plus fréquentes, comme à Annaba au mois de mai 2000.
Quant à la population, elle augmente de 1,9% par an et a même doublé depuis 1975 pour atteindre presque 32 millions d'habitants.
La dette était de 28 milliards de dollars en 1999, soit environ 65% du PNB annuel pour un PNB de 46,5 milliards de dollars. Le PNB était cette même année de 1550 dollars.

Philippe PERROT
(Extrait de "L'Afrique Réelle", n° 30)

Crédit: Etoiles du Sud
Trimestriel N°19 10_02

Abonnements à
BP:3 47140 St Syvestre sur Lot
Tél: 05 53 41 40 23 Fax: 05 53 41 46 69

PS: A l'avènement de l'Algérie Algérienne, une autorité parmi les plus prépondérente (Boumédienne) , avait proclamé aux populations qui l'aclamaient, 'vous êtes libres de faire ce que voulez'. A la suite de quoi, il y eut autogestion à la mode des pays de l'Est. Les algériens qui avaient la connaissance, la technicité, et qui auraient pu continuer l'agriculture telle que les Pieds Noirs faisaient, furent éliminés, expropriés.. On laissa tout le monde faire ce qu'il entendait. On arracha les vignes, les vergers, les cultures céréalires et autres, périclitèrent, les travaux mal effectués, (les semences n'arrivant pas à date voulue, et même mieux. Pour exemple,un envoi important de semences de parti d'Alger, arrivé à destination, ne representant même plus le dizième de la quantité expédiée.)

IL est ainsi pour bien d'autres choses: Les importations sont la propriété de certaines personnalités Algériennes, qui en font ce qu'elles veulent, au détriment même de la santé de la population et autre.

Dans un article présenté sur notre site, on décrit la richesse de grandes Banques Algériennes. La popula-tion, elle, croupit dans le chomage et la misére, ne pensant qu'à immigrer. Toutes ces fortunes banquaires et de personnalités Algériennes qui sponsorisent diverses sociétés Françaises et autres, devraient avant tout, se consacrer à d'autres oeuvres, telles la promotion, la formation de la jeunesse algérienne, à des investissements qui permettraient de relancer l'agriculture afin que tout le monde puisse vivre décement dans ce beau et grand pays qu'est l'Algérie. Le secteur agricole, avec l'agro-alimentaire, pourrait employer énormément de gens.

JPM-Martin.


Scandaleux.....!

Monsieur Rafarin dépose une gerbe en l'honneur des Harkis, ce jour du 25 septembre 2002.

Que par ce geste, il montre qu'il tient à honorer, tous ces anciens soldats français que sont les harkis, c'est très bien.
Mais qu'il l'ait ete entouré d'enfants, en costumes folkloriques, descendants de harkis, c'est bien,
Mais accepter que l'un d'eux était été revétu d'un uniforme de gendarme Algérien, c'est un scandale qui abaisse toute la famille harkie !

Monsieur Rafarin et les personnalités l'accompagnant, étaient-ils inconscients ? C'est faire honneur l'Algérie Algérienne, qui elle, aujourd'hui encore, de par la voix de son Président a déclaré que les harkis étaient des collabos !!!

Aux Invalides, une séance cimématographique, en l'hommeur de cette journée, en présence de Monsieur Mekachéra, ministre aux anciens combattants. La séquence montrée, au cours du Journal de France 2, montrait un défilé de l'ALN, et des gens portant le drapeau de l'Algérie Algérienne !

Et en fin de reportage, un fils d'harkis, journaliste à FR3, a semblé demander à ceux qu'ils l'écoutaient, de réfléchir sur tous ceux qui viennent d'Algérie, sans préciser de qu'il parlait.


Alors je pose une question, est-ce une journée nationale pour les Harkis ou alors une journée pour les émigrés d'aujourd'hui, et pour l'Algérie Algériénne ?

Fernando.R (via Internet)

 


La fable de la transmission arabe du savoir antique

À en croire nos manuels, ceux d'hier et plus encore ceux d'aujourd'hui, l'héritage de la Grèce et de Rome fut complétement ignoré dans notre monde occidental, de la chute de l'empire romain et du développement du christianisme jusqu'à la "Renaissance" : nuit du Moyen Âge, mille ans d'obcurantisme ! Et d'affirmer, du même coup, que les auteurs de l'Antiquité ne furent connus que par l'intermédiaire des Arabes, traducteurs appliqués, seuls intéressés, seuls capables d'exploiter et de transmettre cette culture que nos clerc
méprisaient.

Parler d'"Arabes" est déjà une erreur. Dans les pays d'Islam, les Arabes, lettrés et traducteurs, furent certainement bien moins nombreux que les Persans, les Egyptiens et les chrétiens de Syrie et d'Irak. La plupart des textes grecs ont d'abord été traduits en langue syriaque, parler araméen de la ville d'Edesse qui a largement survécu à l'islam et ne disparaît qu'au XIIIème siècle. Au temps d'al-Ma'mum, septième calife abbasside (813-833), Human ibn Isbak, le plus célèbre des hellénistes, hôte privilégié de la Maison de la Sagesse à Bagdad, était un chrétien. Il a longtemps parcouru l'Asie Mineure pour y recueillir des manuscrits grecs qu'il traduisait ou faisait traduire sous sa direction.
Nos livres parlent volontiers des savants et traducteurs de Tolède qui, au temps des califes de Cordoue, auraient étudié et fait connaître les auteurs anciens. Mais ils oublient de rappeler que cette ville épiscopale, comme plusieurs autres et nombre de monastères, était déjà, sous les rois barbares, bien avant l'occupa-tion musulmane, un grand foyer de vie intellectuelle toute pénétrée de culture antique. Les clercs, demeurés chrétiens, très conscients de l'importance de transmettre cet héritage, ont tout simplement poursuivi leurs travaux sous de nouveaux maîtres.

On veut nous faire croire aux pires sottises et l'on nous montre des moines, copistes ignares, occupés à ne retranscrire que des textes sacrés, acharnés à jeter au feu de précieux manuscrits auxquels ils ne pouvaient rien comprendre. Pourtant, aucun témoin, aux temps obscurs du Moyen Âge, n'a jamais vu un ibliothèque livrée aux flammes et nombreux sont ceux qui, au contraire, parlent de monastères rassemblant d'importants fonds de textes anciens. Il est clair que les grands centres d'études grecques ne se situaient nullement en terre d'islam mais à Byzance (qui deviendra ensuite Constantinople jusqu'à sa chute aux
mains des musulmans en 1453). Constantin Porphyrogénète, empereur (913-951), s'est entouré d'un cercle de savants, encyclopédistes et humanistes ; les fresques des palais impériaux contaient les exploits d'Achille et d'Alexandre. Le patriarche Photius (mort en 895) inaugurait dans son premier ouvrage, le "Myriobiblion", une longue suite d'analyses et d'exégèses d'auteurs anciens. Michel Psellos (mort en 1078) commentait Platon et tentait d'associer le christianisme à la pensée grecque. Nulle trace dans l'Eglise, ni en Orient ni en Occident, d'un quelconque fanatisme, alors que les musulmans eux-mêmes rapportent nombre d'exemples de la fureur de leurs théologiens, et de leurs chefs religieux contre les études profanes. Al-hakim, calife fatimide du Caire (996-1021), interdisait les bijoux aux femmes, aux hommes les échecs et aux étudiants les livres païens. À la même date, en Espagne, al-Mansour, pour gagner l'appui des théologiens fit brûler par milliers les manuscrits grecs et romains de la grande bibliothèque de Cordoue. L'Occident chrétien n'a connu aucune crise de vertu de ce genre.

Les "Arabes" ont certainement moins recherché et étudié les auteurs grecs et romains que les chrétiens. Ceux d'Occident n'avaient nul besoin de leur aide, ayant, bien sûr, à leur disposition, dans leurs pays, des fonds de textes anciens, latins et grecs, recueillis du temps de l'empire romain et laissés en place. De toute façon, c'est à Byzance, non chez les "Arabes", que les clercs de l'Europe sont allés parfaire leur connais-sance de l'Antiquité.
Les pèlerinages en Terre Sainte, les conciles oecuméniques, les voyages des prélats à Constantinople maintenaient et renforçaient toutes sortes de liens intellectuels. Dans l'Espagne des Wisigoths, les monastères (Dumio près de Braga, Agaliense près de Tolède, Caulanium près de Mérida), les écoles épiscopales (Séville, Tarragone, Tolède), les rois et les nobles recueillaient des livres anciens pour leurs bibliothèques. Ce pays d'Ibérie servait de relais sur la route de la mer vers l'Armorique et vers l'Irlande où les moines, là aussi, étudiaient les textes profanes de l'Antiquité. Peut-on oublier que les Byzantins ont, dans les années 550, reconquis et occupé toute l'Italie, les provinces maritimes de l'Espagne et une bonne part de ce qui avait été l'Afrique romaine ? Que Ravenne est restée grecque pendant plus de deux cents ans et que les Italiens appelèrent cette région la Romagne, terre des Romains, c'est-à-dire des Byzantins, héritiers de l'empire romain ?

Rien n'est dit non plus du rôle des marchands d'Italie, de Provence ou de Catalogne qui, des les années mille, fréquentaient régulièrement les escales d'Orient et plus souvent Constantinople que Le Caire. Faut-il les voir aveugles, sans âme et sans cervelle, sans autre curiosité que leurs épices ? Le schéma s'est imposé mais c'est à tort. Burgundio dePise, fils d'une riche famille, a résidé à Constantinople pendant cinq années, de 1135 à 1140, chez des négociants de sa ville. Il en a rapporté un exemplaire des "Pandectes" recueil des lois de Rome rassemblé par l'empereur Justinien, conservé pieusement plus tard par les Médicis dans leur Biblioteca Laurenziana. Fin helléniste, il a traduit les ouvrages savants de Gallien et d'Hippocrate et proposa à l'empereur Frédéric de Barberousse un programme entier d'autres traductions des auteurs grecs de l'Antiquité. Cet homme, ce lettré qui ne devait rien aux Arabes, eut de nombreux disciples ou émules, tel le chamoine Rolando Bandinelli qui devint pape en 1159 (Alexandre III).

Rendre les Occidentaux tributaires des leçons servies par les Arabes est trop de parti pris et d'ignorance : rien d'autre qu'une fable, reflet d'un curieux penchant à se dénigrer soi-même.

Jacques Heers,
agrégé d'histoire, directeur des études médiévales de Paris-Sorbonne.


C'est eux qu'ils le disent

Intéressant article d'un prof d'universités ( ?) Shmuel Trigano
dans le Figaro du 4 Juin.

Plus que la thèse qu'il développe, à savoir que l'expulsion des 3 700.000 palestiniens n'est qu'un prêté pour un rendu, en citant les 900.000 juifs expulsés des pays arabes surtout depuis 1941 environ, l'intérêt vient

1/ des chiffres des expulsés avancés d'abord à savoir les Yéménites 16.000 de 1919 à 1948, le Najran 43.000 de 48-49, l'Irak 129.539, l'Égypte 37.395., Yémen et Aden 50.619, Syrie 8.523, Liban 4.032,
la Libye 35.802, la Tunisie 52.118, l'Algérie 24.067, le Maroc 266.304. On notera le chiffre considérable de Juifs marocains.
2/ des notions suivantes: " Quant aux juifs d'AFN, le pouvoir français les avait libérés de la condition opprimée de Dhimmi, que ce soit en leur accordant la citoyenneté française ( loi Crémieux de 1871) ou en neutralisant le dispositif islamique de la condition juive". C'est ce que Vidal Naquet, Mandouze et consorts appellent l'affreux pouvoir colonial. " Le retrait de la France à
l'indépendance, signifiait unanimement pour les Juifs, la fin de leur liberté
." ( Pourquoi pour les juifs uniquement? Les Touaregs, les Kabyles à présent, les PN ont-ils eu plus de liberté ? ).

3/ Nous apprenons enfin, " qu'en 1963, le FLN a décrété qu'il fallait avoir un père et des grands-parents paternels de statut personnel musulman pour être algérien". Information intéressante car seule la filiation paternelle compte ( Vive l'égalité islamique tolérante), l'Islam est non une foi mais un statut ( Vive la liberté de conscience !) et enfin, n'est-ce pas une violation des accords d'Evian qui garantissaient aux Français d'Algérie, je ne sais quelle double nationalité et autres balivernes que le triste Christian Fouchet nous proclamait depuis le Rocher noir bien à l'abri. Voila encore des arguments pour montrer l'incurie de De Gaulle et de sa clique et ça n'est pas fini.

B.

Message internet reçu à piedsnoirs-aujourdhui.com


Récemment, la ministre de la Communication et de la culture du gouvernement Algérien

Mme Khalida Tpumi {a fait une descente] au 2e Salon du Livre d'Alger où elle a décidé d'interdire à la vente un dictionnaire Larousse qui comportait une carte du Maroc sans ses frontières légales avec le
Sahara Occidental, lequel se retrouve rayé de la carte géographique. La saisie de plus de 100 000 exemplaires du «dico» incriminé prouve, ainsi, que ce type de problème est sérieusement pris en
considération au niveau officiel.

Crédit :le Clin d'Oeil du 12/02


Monsieur Bouteflika rappelle au monde

que St Augustin était un berbere,

que le monde occidental se serait approprié !!

Hier à l’ouverture du colloque international sur saint Augustin, le chef de l’Etat a fortement revendiqué l’appartenance du philosophe, de confession chrétienne, à la «généalogie des Algériens».
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, cite à maintes reprises des versets coraniques, pour mieux signifier que l’histoire des Algériens ne commence pas avec l’avènement de l’Islam et que leur patrimoine culturel n’est pas circonscrit à la civilisation islamique. «Qu’Augustin ait vécu et pensé avant la révélation coranique, ne saurait disqualifier son oeuvre comme support et aiguillon d’une réflexion commune, de notre point de vue de musulmans.» Il précisera qu’il s’est avéré utile «de lever des préjugés d’un côté comme de l’autre», par le rappel de l’appartenance de saint Augustin «à la généalogie des Algériens d’aujourd’hui, occultée trop souvent par la dimension d’universalité de son oeuvre». Cette fois-ci, la remontrance est adressée aux Occidentaux qui se sont appropriés l’oeuvre et la pensée du philosophe numide, en faisant l’impasse sur ses origines nord-africaines. Le premier magistrat du pays donne, sans en avoir réellement l’air, une autre tournure à son discours en dénonçant aussi bien les extrémismes violents qui donnent une mauvaise interprétation de l’enseignement coranique, que les injustices infligées par l’Occident à des peuples musulmans. Abdelaziz Bouteflika commence par parler de l’antagonisme, qui sépare ces deux mondes.

Source : Internet - El Watan -

Réflexion

Lors de la conquête arabe une première fois ses ancêtres, puis lors de l'indépendance de l'Algérie, lui-même (Mr Bouteflika) avec les autorités du FLN; tout fut fait, pour supprimer les chrétiens de ce pays. Aujourd'hui, rares sont les églises, en Algérie a être restées debout.

L'intéressement subit à St Augustin n'a pour objectif, simplement pour d'attirer fonds et touristes dans la région. De même source, on a appris qu'un grand complexe touristique est prévu du côté de l'ancienne Hippone. Depuis l'arrivée des arabes sur ce pays ce ci jusqu'à l'arrivée des français en 1830, n'a-t-on pas fait subir aux chrétiens? L'esclavage, les tortures, et bien autres choses!

Et à notre époque, Mr Bouteflika, souvenez-vous des tortures que vos sbires, vos acolytes ont fait subir aux pauvres européens, aux harkis et algériens de par leurs idées, proches des français, lors de l'indépendance de l'Algérie.! Vous osez encore vouloir donner des leçons aux occidentaux. !!

JPM- Martin


En Algérie, la distribution d'eau potable est sévèrement rationnée

depuis le mois d'avril

(un jour sur quatre en moyenne).

Si le gouvernement invoque la sécheresse, les Algériens ne sont pas dupes. Car les vraies raisons sont ailleurs.

Les stations d'épuration sont en panne, barrages envasés, retard dans la réalisation de projets hydrauliques,etc.C'est loin 1962 !

Relevé dans Minute : du 18 Oct 2000


LA NUIT, LA CHALEUR ET LA SOIF

Plus de 10 jours de suite sans eau potable dans la plupart des quartiers de Guelma ! Jamais de mémoire de Guelmois, l'on a eu à avoir peur de mourir de soif comme ces jours-ci ; quant à la saleté, devant la mort, l'on s'en soucie comme d'une guigne.

Déjà, d'habitude, les perturbations dans la distribution d'eau sont légion. D'habitude aussi, dans la quasi-totalité de Guelma, le robinet coule 1 heure ou moins d'une heure par jour, faisant vivre les ménagères dans une hantise sans pareille de rater l'heure matinale et fatidique de la venue de l'eau. Alors on ouvre le robinet et dort les yeux ouverts. Attendant que ce bidule ronfle d'un moment à l'autre. Souvent le robinet ne fait sortir que de l'air, et l'on ne gagne rien, ni l'eau, ni le sommeil, nous dira une ménagère percluse de stress. Sans parler des étages supérieurs pour certains ensembles dont les locataires ont oublié depuis belle lurette si l'eau a une couleur ou non .Pour ces quartiers, les maigres épaules des enfants sont là pour les bidons et jerricans. Avec cela, les fréquentes coupures de courant reviennent comme pour boucler la boucle !

Pas plus tard qu'hier, presque toute la journée, en fin de 9 heures à 15 heures il n'y a pas eu d'électricité. On devine facilement les conséquences de ces désagréments : plus de pain (le boulanger est à l'arrêt), produits du frigo avariés, médicaments à jeter...

Pas d'eau, pas d'électricité, rien que la chaleur ! évidemment, le commun des mortels se demande ce que font les responsables pendant ce temps- là.

Eux, ils semblent épargnés par ce calvaire de manque d'eau. Ils le sont toujours. Eux sont servis par des conduites qui viennent tout droit de la réserve municipale. Et l'on continue de s'y raccorder en toute impunité et au détriment de la population. Heureux qui comme eux, régnent sur une population, vivant au bord de la soif.

Source : Internet - El Watan - Septembre 2000

Crédit Guelma 89


LES SANGLIERS ATTAQUENT !!!

Les sangliers prolifèrent d'une manière, incroyable dans la région de Guelma. Si bien qu'ils deviennent un véritable danger public. On en rencontre partout. Outre les dégâts énormes qu'ils provoquent dans: les champs de blé et les cultures maraîchères, se dont se plaignent en vain chaque année les . agriculteurs avec insistance. Ils viennent même farfouiller dans les décharges et les monticules de détritus en ville. En traversant la route en rase campagne, ils sont souvent la cause de graves accidents de la circulation. D'ailleurs il est loisir à tout un chacun d'en voir les dépouilles en décomposition le long des routes nationales comme celles reliant Guelma à Constantine et Guelma à Annaba.

Dernièrement, soit la première semaine de décembre, une trentaine de sangliers ont été abattus aux alentours de Guelma. La semaine passée, lors d'une battue organisée dans la Da'ira d'Héliopolis, englobant trois communes : Héliopolis, Bouati Mahmoud et El Fedjouz, 140 bêtes ont été tuées.

On nous rapporte aussi le fait qu'un groupe de sangliers a attaqué il y a deux jours une personne,. enseignante de profession, vers 6 heures 30 du matin à l'entrée du lotissement du 19 juin, soit au coeur de la ville de Guelma. Celle-ci dut son salut en montant sur un talus assez élevé.

C'est dire le danger et l'aberration que constituent la prolifération de ces bêtes sauvages interdites

Source : Internet - El Watan - Mai 2000

Crédit Guelm 89


Les propos d'Enrico Massias !!.

Dans la revue "FRANCE-PAYS ARABES", Enrico Massias affirmait, 'avoir apprécié, la délicatesse du Président Bouteflicka qui, dit-il, le considère comme un enfant du pays, alors qu'il sait, ajoute-t-il, que je suis français par les décrets Crémieux, ma nationalité m'a été imposée "!!!

Relevé par Monsieur Félix Zara


 

etudiants
etudiants
etudiants


ET, l'imam déclama

 

J'ai assisté à une scène publique, surprenante à mes yeux et à ceux de la plupart des spectateurs présents, révélatrice sans doute d'un état d'esprit de certains dignitaires musulmans en général, et des autorités administratives à leur égard.

Nous sommes le 11 novembre 2001, face au monument aux morts de la ville de Montpellier, en commémoration officielle de l'Armistice de 1918, et de tous ceux qui sont tombés au champ d'honneur pendant la Grande Guerre.

Les autorités préfectorales, municipales, régionales et militaires sont là, entourées des nombreuses
délégations d'Anciens Combattants et d'une délégation d'enfants des écoles publiques.

Après le traditionnel dépôt de gerbes par les autorités, la sonorisation annonce que les représen-
tants des quatre religions principales vont faire une déclaration. Ceci ne s'était jamais vu jusque-là.

S'avance le chanoine catholique qui égrène son bref discours en lisant un papier. Dans la même eau, le pasteur protestant y va de la bonne pensée de la Bible. Le rabbin, en tenue militaire d'aumônier, diffuse
à son tour un message de paix.

C'est le tour de l'imam. Il apparaît alors en cachabia et turban, et déclame d'une voix puissante un texte en arabe classique, parfaitement incompréhensible pour la grande majorité des participants, et sans doute aussi des musulmans présents, essentiellement d'anciens harkis.

La stupeur est grande dans l'assistance, où des regards interrogatifs sont échangés discrètement entre les uns et les autres.

Le propos est plus long que celui des autres représentants des religions, la voix est forte, celle d'un véritable tribun. Je n'exagère pas en disant que beaucoup d'entre nous ressentent un certain malaise.

Le traducteur qui suit nous rassure, s'il en était besoin, en nous apprenant que l'imam a rappelé que l'Islam est une religion de paix et de tolérance et a terminé par "Vive la France "!

Tout cela a l'air bien beau, procède sans doute, dans l'esprit des organisateurs, d'un désir d'union dans ces moments de guerre en Afghanistan, mais en fait on est en droit de s'interroger sur au moins deux points

D'abord la République française est laïque. La commémoration du 11 novembre se fait en l'honneur
du sacrifice consenti par des combattants de toutes confessions, pour leur patrie, et non pour leur religion.
Des cérémonies religieuses peuvent être célébrées dans chacune de ces confessions au profit de leurs fidèles, mais, devant le monument aux morts, le caractère laïc doit être préservé, c'est du moins mon senti-
ment. Je le dis d'autant plus à l'aise que je suis catholique, attaché à ma religion et à tout ce qu'elle a apporté
à la France sur le plan de la civilisation et des mœurs. Mais cette cérémonie, en ce lieu, devrait rester
neutre sur ce plan confessionnel, surtout qu'il faut aussi penser aux libres penseurs ou aux religions
minoritaires.

Sans doute me direz-vous que les autorités publiques ont songé aux conséquences de l'attentat du 11 septembre aux Etats-Unis, et qu'une manifestation commune des représentants des religions majoritaires symboliserait l'oecuménisme.

Dans ce cas pourquoi ne se seraient-ils pas réunis auparavant et n'auraient-ils pas conçu un texte
commun exprimant tout l'amour et les messages de paix contenus dans chacune de ces religions. Ce texte aurait été lu par une personne neutre et aurait véritablement symbolisé leur communion et leur foi
commune en un avenir de paix pour la France et l'humanité en général.

Je maintiens que ce défilé de responsables religieux, dans une fête laïque symbolisait plus la disparité que la communion. C'est du moins mon sentiment.

Mais surtout l'intervention de l'Imam avait quelque chose de stupéfiant et d'insolite.

Qu'on n'aille pas croire que je manifeste une quelconque hostilité envers l'Islam en particulier. Mais, outre le ton et la ferveur de la déclaration, la tenue et la langue utilisée par cet imam étaient incongrues.

J'ai dit plus haut combien j'étais attaché au caractère laïc de cette cérémonie. Comment alors tolérer qu'un prêtre exerçant en France, s'exprime pour une fête nationale, dans une autre langue que le français, langue officielle reconnue par la Constitution. Et dans une tenue non pas musulmane, mais typiquement arabe. Le rabbin, lui, avait revêtu la tenue d'aumônier des Armées.

Que n'aurait-on dit si le chanoine s'était exprimé en latin et le rabbin en hébreu ? Je vois d'ici les
commentaires réprobateurs de bien de penseurs et d'intellectuels ! Eh bien ! Comme de nombreux partici-
pants j'ai ressenti un malaise et comme une faute d'avoir toléré la forme de cette manifestation.

Je ne me permets pas de douter de la sincérité des propos de l'imam, tels qu'ils ont été traduits. Il ne parlait pas le français, m'a-t-on dit. Si c'est vrai, cela est curieux et ne se voit pas dans les autres religions, qui, quand elles font appel à des officiants étrangers, s'adressent à des personnels connaissant notre langue. C'est la moindre des choses. Sinon on s'expose à des dérives dangereuses. Qu'on ne vienne pas me dire ensuite que l'intégration est en marche. J'ai plutôt l'impression du contraire.

J'ose espérer que cette expérience ne sera pas renouvelée. Ou alors qu'on utilise la formule que j'ai proposée au début de mon propos. Alors pourra-t-on parler d'un vrai œcuménisme.

Le plus simple est de revenir dans nos fêtes nationales à la vraie laïcité, qui ne s'oppose à aucune religion, mais en conservant à la foi son caractère privé, rend à César ce qui appartient à César, et nous évitera peut-être bien des tourments dans une France qui prend de plus en plus un caractère " communautariste ", synonyme à long terme de division.

R.Fiorio

Crédit: Etoiles du Sud_ N° Avril 2002
Abonnements et Adhésions
BP: 3- 47140 St Sylvestre sut Lot


Censure gouvernementale en France -
La quasi-totalite des medias aux ordres:

Les consignes données pour ne pas faire état de l’incendie d’une église à Limoges dans la nuit de vendredi à samedi ont été plutôt bien suivies, et à part quelques entrefilets dans la presse locale et Le Journal du Dimanche rien n’a filtré de cette exaction.

Non loin du tristement célèbre quartier « jeune » de La Bastide, l’église Sainte-Bernadette, ainsi que deux voitures et une cabine téléphonique ont été détruites volontairement par les flammes. Les policiers avaient été prévenus une heure plus tôt par des riverains qui leur avait signalé « une bande de jeunes » rôdant prés d’une voiture en stationnement et avaient arrêté un suspect qui avait cherché à s’enfuir en fonçant sur eux au volant de sa voiture.
Peu après, un complice identifié de ce voyou était à son tour arrêté avec dans le coffre de son véhicule un bidon ayant contenu de l’essence.

Force hélas est de constater que l’incendie d’un lieu de culte catholique est totalement et sciemment occulté, ce qui n’aurait certainement pas été le cas si une mosquée avait été la proie d’incendiaires…


crédit SOS-Racaille
http://sos-racaille.org/
"Casse-toi, mon pote!"


Tentative de censure islamique... En France !


Ils ont raison! Je propose d'ailleurs de monter une association de défense des immigrés spécialement musulmans ayant pour objet: "Halte au racisme des politiques et des journalistes. Censurons".

Car je constate que les trois derniers acteurs de faits divers (Caisse d'épargne, Béziers et 18ème
arrondissement) ont été dénoncés, à plusieurs reprises, comme des déséquilibrés! Tant par le Ministre de l'Intérieur que par les journalistes. 3 sur 3 désignés comme déséquilibrés,

ça ne vous parait pas suspect?

De là à nous laisser entendre que tous les immigrés musulmans seraient déséquilibrés, il n'y a qu'un pas que la Bête immonde n'hésitera pas à franchir. 3/3 c'est 100%, pire que de dire que 30% ou 50% ou 70% des délinquants en prison sont des immigrés.....les heures les plus sombres de notre Histoire.....

Crédit J.P Rondeau


Citation

Où sont les chefs d’Etat maghrébins et africains ?

Parmi les chefs d’Etat et de gouvernement invités aux cérémonies de Normandie ne figure aucun dirigeant du Maghreb ou d’Afrique.

Serait-ce parce que le débarquement en Normandie a été le fait des Alliés, anglais et américains notam-ment ? Mais alors pourquoi inviter les dirigeants russe ou polonais ?

Nous croyons savoir que les dirigeants maghrébins et africains seront conviés, eux, aux cérémonies de Provence qui se dérouleront le 15 août prochain à Toulon. Mais les tirailleurs algériens, marocains et tunisiens n’ont-ils pas fait face aux troupes nazies dès 1939, notamment dans la bataille de Gembloux ou à la Horgne ? La 3e division d’infanterie algérienne n’a-t-elle pas, par son apport à la campagne d’Alsace, permis à l’armée de la France libre d’écrire l’une de ses plus belles pages d’histoire ?

Cette Armée d’Afrique qui comptait une majorité d’indigènes n’a-t-elle pas contribué, depuis la campagne de Tunisie, la campagne d’Italie, la libération de la Corse, le débarquement à Toulon, la remontée du sillon rhodanien jusqu’à la traversée du Rhin et la campagne d’Allemagne, à libérer la France ? (lire l’article «Ils ont écrit une des plus belles pages de gloire de l’armée française». Les cérémonies de l’anniversaire du débarquement en Normandie — qui est un symbole fort de la libération de la France — ne sont-elles pas celles de la mémoire et du souvenir à transmettre aux générations futures de tous les pays du monde ? De toute la mémoire.

Par N. B. du site El-Watan

Réponse

D'abord, les russes et les polonais, furent les victimes du Nazisme et de l'occupation Allemande, comme la France elle-même

Le Débarquement du 6 juin 1944, a été essentiellement executé par des soldats Américains, de détachements Polonais, de troupes Anglaises, d'originaires des territoires associés à la Couronne de Grande Bretagne. du détachemznt Kieffer, ainsi que de commandos SAS sous de commandement Français, dont le chef Lt Pierre Marienne, originaire de Guelma, fut le premier parachutiste à fouler le sol de la métropole, près de ST Marcel, (Morbihan). Ces diverses commémorations avant tout ont été organisées en l'honneur de tous ceux qui ont sacrifié leur vie pour la délivrance de l'ouest de la France qui servit de tête pont aux alliés dans leur marche vers la victoire finale.

Aussi pourquoi des algeriens ont pu poser la question en titre de l'article cité ci-dessus.

La 3 éme DIA, commandée par le futur Mérachal Juin, venait de prendre Rome, avec les Alliés sous le commendement du gl Clark.
Les troupes originaires d'Algérie etaient composées de:
1/ de français et d'européens nés en Algérie dont le nombre (130 000 environ) représentait 16 % de la population européenne
2 de français musulmans engagés ou appelés (environ au nombre équivalent aux européens

(130 000 environ),
3 des Français libres qui avaient réussi de s'échapper de la métropole occupée, passant par l'Espagne
4 de troupes coloniales composées d'Africains
4 de troupes Marocaines, Tunisiennes

Toutes ces troupes sont arrivées en France lors du débarquement du 15 aout 44 à Cavalaire, à l'est de Toulon. Et par la suite, elles participérent à la remontée du Rhone, après l'Alsace, elles combattirent jusqu'à la rédition de l'Allemagne Le 8 mai 1945.

Durant ces divers combats il y eut beaucoup pertes dont les corps reposent à jamais, en Tunisie, Italie, Corse, France et en Allemagne.

Tous ces combattants qu'ils fussent français ou français musulmans natifs d'Algérie étaient des citoyens français.

Et ce n'est pas au chef de l'Etat Algérien de représenter ces derniers !

Aussi pourquoi poser la question de participation de chefs d'Etat Algérien ou maghrebin ou africains.

Chirac encore une fois se trompe. Car son devoir est d'associer les anciens combattants pieds noirs en les invitant les premiers, beaucoup de nos ainés ont sacrifié leur vie, leur chair pour la France.....

Dans le même temps Chirac aurait du inviter les anciens combattants Français Musulmans encore vivants, restés en Algérie.

Ben Ali et Mohamed 6, eux seront à leur place, representant la Tunisie et le Maroc, pays associés à la France durant cette guerre de 1939-45.

Nous sommes pour que la France n'oublie pas ceux des français-musulmans, marocains, tunisiens, ou venus d'autres coins du monde, qui ont payé de leur personne, dans les conflits où la France fut engagée.

D'autres Maghrébins, sans doute parmi les héros de Mr Bouteflika que se trouvaient les véritables collabos qui esperaient en la victoire des Nazis qui, il va sans dire, auraient mis les pays du Maghreb à leur botte et à leur pas !

Photo extraite de www.lecri.net

jpm Martin


2003 : L'année des collabos !

Jacques Chirac et Abdelaziz Bouteflika ont décidé d'organiser, en 2003, l'année de l'Algérie en France. Le soir du second tour des présidentielles, chacun avait pu voir à la télévision par qui avait été élu le président de «tous les Français» ; ce dernier n'aura pas été long à renvoyer l'ascenseur.

Djazair, nom donné à cette année de l'Algérie, sera donc l'occasion rêvée pour le camp collaborationniste d'opérer un véritable matraquage de l'opinion publique en faveur de l'Algérie mais, au-delà, de l'islam et du Maghreb en général. Ainsi, il a été prévu un concert géant animé par des chanteurs algériens pour ouvrir «Djazair» et la musique algérienne sera présente partout et dans tous les festivals. De plus, une centaine de conférences liées à l'histoire, à la peinture et à tous les arts en général. Imaginez la déclinaison qui en sera faite dans les écoles, les médias, les diocèses et j'en passe.

Cette année 2003 sera donc l'occasion d'un formidable matraquage du camp collaborationniste en faveur de l'Algérie, de l'immigration, du métissage et l'ensemble des officines et associations racistes anti-françaises pourront s'en donner à coeur joie.

Les cocus congénitaux qui ont voté Chirac n'auront donc pas attendu longtemps la monnaie de leur pièce. Ajoutons que c'est un cheval de retour du mondialisme et de l'extrême-gauche qui a été choisi pour animer ce comité : Hervé Bourges.

Cet ancien directeur de l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, fut si proche des milieux du FLN qu'il fut conseiller du président algérien Ben Bella, de 1956 à 1962. Parmi ses états de service, ajoutons qu'il fut président du Comité pour un Nouvel Ordre Mondial de l'Information, président du Comité Mondial des Journalistes, membre de la Fédération Mondiale des Villes Jumelées. Il fut l'un des plus illustres de ceux que l'on appelle les «pieds-rouges», c'est-à-dire des militants ayant soutenu le FLN, contre la France, et qui s'empressèrent de se mettre au service du nouveau régime algérien.

L'année 2003 marquera donc à la fois un tournant et une accélération dans le processus de colonisation de la France. Les collabos vont, n'en doutons pas, se mobiliser très fortement pour accélérer notre soumis-sion et notre abaissement programmé.

Si l'on peut voir positivement les choses, ce peut être aussi une formidable occasion, pour les militants identitaires de profiter du ras-le-bol et de l'overdose de nombre de nos concitoyens, en diffusant le contre-poison nécessaire. Si nous pouvions mettre une sourdine à nos divergences, petits arrivismes étriqués et guéguerres stupides pour nous mobiliser dans une campagne d'information sur le vrai coût de l'immigration en France, les massacres de la guerre d'Algérie, la délinquance, l'islamisation etc., nous pourrions profiter, nous aussi, de Djazair.

Crédit: Internet AIPJ


Pieds Noirs privés de mémoire!

 

Fin juillet, Jean Jacques VIALA, Pied Noir et auteur d'un livre de souvenirs, annonçait son intention de publier tous les jours sur fr.soc.politique et fr.misc.actualite, 2 forums libres en théorie, une rétrospective au jour de le jour de la guerre d'Algérie.

C'était en concordance avec l'actualité, de nombreux média profitant de l'"anniversaire" et de "2003, Année de l'Algérie" pour nous dépeindre comme d'affreux salauds, profiteurs, tortionnaires, enfin vous connaissez la litanie habituelle...

L'objectif de VIALA était, bien évidemment, de mettre l'accent sur les horreurs commises par les fellaghas sur nos civils, et sur les militaires du contingent et les harkis, loin des sympathiques guerrilleros d'opérette que les média-menteurs inventent!

A peine avait-il commencé à publier sa rétro que le 3 août 2002, Brina (Brigitte Joubert, Le St Jean, 6 Boulevard Léopold 83100 Gence) auto-proclamée gardienne du "bien penser" intervenait auprès de Free.fr et obtenait la fermeture immédiate du compte du "coupable", Occasionnant par la même occasion un réel préjudice à sa compagne qui utilisait cette BAL à des fins professionnelles.

Il faut savoir que Free/Proxad est cornaqué en sous-main par un certain Rani Assaf, sympathisant islamiste fiché aux R.G, qui se conduit en France comme en pays conquis (sa bio est sur nos sites)

Nous vous proposons de contribuer, avec nous, à dénoncer cette infâmie en contactant vos élus, vos associations, et bien sûr aussi en protestant sur tous supports écrits, audio-visuels ou numériques. Car même si Viala a pu continuer sa publication à partir d'un nouveau compte (jusques à quand?) l'acte de censure commis avec l'aval de la nomenklatura d'usenet-fr existe bel et bien!

Par ailleurs, le dimanche Premier Septembre sur les forums en question, fr.soc.politique et fr.misc.actualite,
Pour apporter un soutien à Jean Jacques VIALA

Crédit: http://aipj.net/


intelligence

 

crédit Jean-Pierre Rondeau, reçu par courriel

 


Un coin de paradis devenu un coin d’enfer

BOUIRA / Cimetières français en péril

Voués au vandalisme et à l’abandon, les cimetières français, quand ils ne sont pas transformés en aire de jeu ou en dépôts pour les matériaux de construction comme à Aïn El Hadjar , à 8 km à l’ouest de Bouira, sont appelés à disparaître si des mesures rapides et efficaces ne sont pas prises.

A Bouira, comme partout ailleurs où il y a un cimetière français, la situation est urgente et interpelle les consciences.
Messaoud, un nostalgique de l’époque coloniale qui vient errer par ici dans l’espoir de goûter à un moment de paix, énumère les ravages en désignant l’emplacement des massifs de fleurs, ces statuettes de
marbre volées, les caveaux profanés, les grilles arrachées et déclare :
«Un coin de paradis devenu un coin d’enfer».
Aujourd’hui, le «coin d’enfer» à quelques centaines de mètres à l’est de la ville a recouvré un semblant de tranquillité grâce aux responsables locaux qui ont surélevé le mur de clôture et fermé le tout par un portail en fer forgé. Mais si cette initiative est assez louable, elle gagnerait à être généralisée partout où il y a un cimetière français. Quelques pots de fleurs sur les tombes, par exemple, un peu de sable sur les allées, quelques coups de pinceau sur les façades des caveaux et tous les vieux cimetières français retrouveront
cette note de gaieté qui a toujours été la leur.
Entretenir les cimetières est un devoir et un hommage à rendre aux morts. C’est en respectant la mort que nous apprendrons à respecter la vie. C’est en honorant les morts des autres que nous apprendrons
à honorer nos propres morts,
dit encore Messaoud.

Par Ali D. crédit de El-Watan.com

 


Historien

L'Helléniste Pierre Vidal-Naquet qui se veut également historien de la guerre d'Algérie a demandé rendez-vous à Lionel Jospin pour lui parler de la torture en Algérie. Il a été vexé de ne pas recevoir de réponse. Et encore plus agacé d'entendre le premier ministre faire l'éloge de l'armée française à l'assemblée nationale.

19 mars 1962

Selon le général Cann, un monument aux morts est autre chose qu'une stèle. De fait il demande au maire
de Castres "en tant que président de l'amicale du 8° RPIMA de faire procéder au descellement de la plaque apposé par la FNACA sur le monument aux morts de la Ville.

Le Maire de Castres entend régler rapidement cette affaire "je viens {l'écrire au président départemental de la FNACA pour lui demander dans quelles conditions la plaques a été apposée, Indique Pascal Bugis."

"Si je n'ai pas de réponse dans les huit jours je feraidesceller cette plaque. Un monument aux morts est Inviolable. Il ne faut pas que tout fe monde pose sa plaque comme ça "

Les Tortionnaires

L'affaire "Nezzar"- ce dernier ayant quitté précipitamment Paris pour éviter d'être entendu par le procu-reur de la république suite à la plainte déposée contre lui pour tortures par des familles algériennes-
semble avoir des suites.
En effet, de sources proches d'une O.N.G. Qui restent à confirmer, on apprend que plusieurs organisa-tions non gouvernementales internationales dont Amnesty et la ligue des droits de l'homme se sont enten-dues sur une liste de généraux algériens susceptibles de connaître la même mésaventure que Khaled Nezzar dans le cadre de la convention de New York. Parmi ces derniers, le nom de Larbi Beikheir figure selon toute vraisemblance

A PROPOS DE L'HISTOIRE


Jack Lang a déclaré sur les ondes d'une radio qu'il faudrait certainement modifier les manuels d'histoire scolaires, afin que figure clairement le comportement infamant de l'armée française dans le conflit Franco-Algérien.

IL a poursuivi son propos en ajoutant "On pourra éventuellement Indiquer les exactions commises ça et là par les Algériens. "Eventuellement ça et là".
Ces deux termes sont indignes d'un ministre de la république qui n'a jamais connu la guerre que conforta blement installé dans un fauteuil.

Ce qui se passe actuellement en Algérie pourrait pourtant lui ouvrir les yeux. Mais il n'est pire sourd que celui qui ne veut rien entendre.

Crédit: Le Clin d'oeil
édité par CNRC (association loi 1901)
Rédaction et administration
6 rue des rosiers
76370 Neuville-les_Dieppe
tel 06 60 13 84 86
fax 02 35 06 15 79
Abonnement simple 100,00 francs
Abonnement de soutien 200,00 francs


GUELMA / Le marché couvert abandonné


Après avoir perdu sa place Saint Augustin, le kiosque à musique qui ornait le centre et le splendide jardin public, voilà que, impuissante, la ville de Guelma voit partir son marché couvert de fruits et légumes
à tout jamais. Un très joli marché sis à la place Harcha Hacène et faisant partie du vieux bâti de la ville. Les commerçants l’on déserté, un à un. Il ne reste plus que quelques-uns des vingt-cinq qu’il comptait auparavant.
Plusieurs raisons sont invoquées : certains marchands crient au scandale quant aux impôts, d’autres dési-gnent les ordures qui ne sont pas ou rarement enlevées. Pas d’eau, pas de toilettes, celles existantes
sont soit fermées soit détournées pour d’autres fonctions. Une odeur nauséabonde d’égoûts, d‘excréments se dégage d’une cave où il y a soidisant des toilettes, tout près de la viande et autres denrées à vendre

L’anarchie règne à l’intérieur ; au départ, il y avait des stands, à présent ce sont des formes incroyables de magasins ; chacun construit comme il l’entend, on y ajoute un pan de mur par-ci, des devantures par-là, des murs de ferraille, etc. Des câbles électriques pendent du plafond et ce dernier se transforme en véritable passoire quand il pleut
Depuis les années 70, le marché n’a pas été repeint, affirment les commerçants. On cite aussi l’absence de sécurité.

Cette cité en tôles de zinc construite récemment doit, on ne peut mieux, refléter le niveau «civilisationnel» auquel sont arrivés ceux qui l’ont initiée et réalisée !
Pourtant, force est de constater que celui de l’époque coloniale, qui maintenant, faute d’entretien, tombe en ruine, leur donne facilement un cours magistral d’architecture ,ils auraient dû s’en inspirer à tout le moins ! Wallou ! Ni entretien, ni inspiration

B.
Crédit :du site de El watan du 24/07/2001


copyright

Les sites du Collectif des Rapatriés Internautes

Retrouver les diverses pages de Memopnha

hier & aujourd'hui

 

L'Armée d'Afrique

 

Ces Français qui ont tout quitté

 

Ses tribunes & des opinions

 

L'Occident et l'Islam

Les sites amis

Harkis -info

Le site de l'association

adimad

L'Adimad

La lettre

Algerie-française.org

ce que l'on pense