logo

Les articles de

Pieds-Noirs d'hier et aujourdhui

logo


Que cache la langue arabe en CP ?


Dans notre pays l’introduction de la langue arabe à l’école, dès le CP, à l’âge de 6 ans, est loin de faire l’unanimité de nos concitoyens. Les raisons en sont multiples et chacun aura sa version, bonne ou mauvaise.

Précisons tout de même que l’apprentissage de la langue arabe, dans nos écoles républicaines et laïques, n’est pas obligatoire, en tout cas pas encore. Elle fait, pour l’instant, l’objet d’un libre choix, celui des parents plus que celui des écoliers. On peut voir, ici ou là, des levées de boucliers contre l’arabe à l’école, en tout cas dans le Primaire ! La langue des Arabes, sans être obligatoire, est aussi parfois proposée dans le cadre des activités extra-scolaires mais à la différence du CP, qui dépend de l’Education nationale, le Maire d’une commune peut refuser telle ou telle activité soumise à son approbation.

Avant de pousser plus loin et savoir si l’arabe en CP est opportun ou pas, il nous faut étudier et tenter d’analyser le sujet dans tous ses aspects, politique et religieux.

La langue arabe n’est pas une langue comme les autres, pour le moins elle diffère des langues de nos contrées occidentales dites romanes, elle en est même plus éloignée que la langue russe.
Pour les croyants musulmans elle est indissociable de leur religion, l’islam.
La langue arabe c’est la langue sacrée du Coran, le livre saint incréé qu’Allah dicte à l'ange Gabriel, qui dicte à Mahomet, qui dicte à des scribes.. .Involutif par essence ! Quel croyant sincère oserait contrarier la parole de Dieu, Allah en conséquence ?

La langue arabe n’est pas la langue la plus parlée au monde, même si l’islam est présent dans de nombreux pays et concentre plus d’ 1 milliard de musulmans. Elle ne rentre même pas dans le classement des 5 premières langues les plus parlées. Dans une majorité des pays où la religion coranique est pratiquée, on ne parle pas l’arabe, ni même on le comprend, hormis quelques versets ou sourates bien spécifiques appris par cœur. De plus il paraît intéressant de souligner que la langue arabe n’est pas perçue dans sa fonction comme un outil de communication, mais comme une composante « primordiale » de l’identité et de l’appartenance à une communauté...

Nous devons retenir que, pour la France, l’arabe est la langue des anciens colonisés. Or la langue est un élément fondamental du rattachement d’un individu à son appartenance à une société donnée.

Soulignons cependant que la pluralité linguistique arabe recouvre une grande variation sociolinguistique dont : l’arabe classique (variété linguistique élevée, langue du Coran-symbole de l’unicité), l’arabe moderne (utilisé actuellement comme le véhicule culturel adapté au pays du monde arabe et enseigné dans toutes les écoles), l’arabe dialectal (cette dernière forme de l ’arabe diffère d’un pays à l'autre, d’une région à l'autre, d’une communauté à l'autre, parfois à l’intérieur d’un même pays). Au-delà de la langue arabe, les langues proposées en CP sont l’anglais, l’espagnol, l’allemand, l’italien, ainsi que le chinois, le japonais, le portugais puis le russe et l’hébreu. Qu’est-ce qui pousse la Ministre de l’Education Nationale, Madame Najat Vallaud Belkacem à modifier ce qui semblait pour le moins suffisant jusque-là ?
Ne s’agirait-il pas plutôt d’un plan prévisionnel au grand remplacement que prévoient un certain nombre de démographes honnêtes et lucides ?
Ce grand remplacement sera-t-il japonais ?
Ou bien notre Ministre, qui est aussi marocaine et musulmane, a-t-elle d’autres visées ?
Met-elle en application ses engagements au service de son roi ou du Qatar qui souhaite diffuser sa religion nationale, le wahhabisme ?
N’est-ce pas le Qatar qui investit à coup de pelletées généreuses de pétrodollars dans les banlieues des grandes villes françaises déjà arabisées et islamisées ?
N’est-ce pas le Qatar qui soutient et subvient aux besoins des Frères Musulmans.. .dont sont si proches les Imams de Lille et Bordeaux ?

Nous tenterons de répondre à toutes ces questions qui ne sont pas sans intérêt pour l’avenir de la France !

Permettez-moi de penser que, si la Ministre de l’Education Nationale, Madame Belkacem, a aussi ajouté l’hébreu dans les langues nouvellement proposées avec l’arabe, sa langue maternelle, c’est dans un but bien précis : éviter les réactions en chaîne des associations antiracistes qui auraient pu s’en suivre, si elle n’y avait associé la langue parlée en Israël et dans les synagogues.

Les choses ne seront peut-être pas aussi simples pour ceux qui souhaitent des modifications ethniques et culturelles. En effet il apparaîtrait, selon certains sociologues, que c’est en France que le préjugé ethnique et culturel soit le plus répandu, attitude que C. Lévi Strauss appelle « l’ethnocentrisme » ; attitude qui consiste à refuser, en les rejetant, les formes culturelles qui leur sont différentes. Le refus restera-t-il suffisant, s’il n’est pas soutenu par une politique ?
En dehors du sentiment de supériorité culturelle, c’est la crainte qui anime les autochtones d’origine européenne, les Arabes étant souvent perçus comme une menace. L’arabe ou la langue arabe en CP, depuis la rentrée scolaire 2016, conforte ce rejet, en particulier quand cette langue est rattachée à une religion dont se revendiquent les djihadistes et terroristes qui accomplissent leurs forfaits dans les espaces publiques au cri d’Allah u Akbar !

L’arabe reste aussi dans les mémoires comme la langue des anciens colonisés, ce qui ne contribue pas non plus à sa mise en valeur. De plus, consciemment ou inconsciemment, pour chaque individu, la langue est ressentie comme l’élément majeur qui le rattache à une société spécifique et à son appartenance. En parlant et en faisant du français notre langue, nous montrons notre rattachement à une communauté nationale.

Plus grave, une langue est amenée à mourir quand personne ne la parle plus ou bien parce qu’elle est progressivement remplacée par une autre langue. Au cours de l’histoire de l’humanité, des civilisations entières ont disparu, leurs langues et leurs particularités oubliées. Elles ont été remplacées en nombre par d’autres peuples conquérants, qui ont laissé de leur histoire de vagues souvenirs mis au jour par les archéologues. La démographie, c’est le nerf de la guerre qui a permis, qui permet ou permettra que la langue d’un peuple, d’une nation reste vivante ou qu’elle soit vouée à disparaître. Seuls les démographes sérieux, honnêtes et indépendants de toute pression politique seraient à même de nous donner une réponse proche du réel ! Or que savons-nous sur ce sujet ?
Il suffit d’ouvrir les yeux pour se rendre compte en toute objectivité que le grand remplacement est bien en cours, n’en déplaise aux menteurs et truqueurs patentés.

Comme chacun le sait, le monde arabo-musulman en France nous vient d’abord des pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie), puis de la Turquie et, enfin, récemment du Moyen-Orient.

Contrairement aux Français « d’origine » les Maghrébins comme les Turcs sont à l’origine d’une démographie galopante qui fait de la France le leader européen de la natalité.. .Alors que la natalité chez les couples d’origine européenne décline, force est de constater que celle de la société arabo-musulmane augmente rapidement.
Il n’existe aucune politique démographique digne de ce nom mise en place en France pour inciter les « Français dits de souche » à avoir une natalité intéressante.
Pire, tout a été mis en application pour imposer une politique suicidaire, pilule du lendemain, contraception à la carte, avortement, mariage entre hommes ou entre femmes, non reproductifs par nature, divorce facile, libéralisation des mœurs à outrance, etc.
L’adoption de petits Français est quasi-impossible alors que l’adoption d’enfants en provenance d’Afrique, des Indes ou des pays asiatiques reste accessible aux couples mais aussi aux foyers monoparentaux et encore aux couples homosexuels ! Depuis la loi Veil de janvier 1975, légalisant l’avortement, la France a perdu 10 millions de ses enfants !

La démographie en France est illisible d’autant plus que l’information sur ce sujet est parfaitement et volontairement obscure, non seulement aux citoyens lambda mais plus grave aux experts eux-mêmes. D’aucuns ne pourront s’empêcher de penser que cette manœuvre a pour objet d’éviter que l’ensemble des Français ne prennent conscience que le flux migratoire en provenance du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne, majoritairement composé de musulmans, n’est en réalité que le préambule du changement de civilisation qui s’accélère chaque jour un peu plus.

D’évidence, nous savons que l’ensemble des musulmans qui vivent dans notre pays sont loin d’être des extrémistes. Cependant, la prudence élémentaire voudrait que nous nous posions la question de savoir si leur nombre grandissant constitue un terreau, un milieu propice, dans lequel l’extrémisme islamique se meut comme un poisson dans l’eau du fait que leur présence déjà très importante s’amplifie, et s’il n’y a pas là un vivier dont ne sauraient se priver les radicaux de l’islam conquérant. Calais, Vintimille, Paris (métro Stalingrad) n’étant qu’un pâle reflet de la réalité d’aujourd’hui.

Soyons clairs, retirons les œillères que nous imposent médias et lobbies : la vérité, c’est que nos responsables politiques, les responsables du patronat et les responsables syndicaux ont enfanté d’un monstre par leur laxisme, l’appât du gain pour les uns, l’inertie pour les autres, l’incompétence et/ou la complicité, qui sont autant de sujets d’études et de questions auxquelles il faudra qu’ils répondent un jour.

Nous pouvons constater que les responsables politiques au pouvoir sont tous totalement dépassés par le phénomène qu’ils ont créé et qui leur échappe, tout comme Mary Shelley le démontre, dans son roman Frankenstein, « les monstres peuvent échapper à leurs créateurs ».

L’Ined (Institut national d'études démographiques) s’est toujours abstenu de dire la vérité, donner et faire connaître les chiffres de la réalité...La vérité fait peur ! Chaque année, depuis de nombreuses années, plus de 200.000 immigrés entrent dans notre espace territorial. Leur fécondité est le double, au moins, de la population dite d’accueil, à savoir le Français de souche occidentale et majoritairement européenne, de religion chrétienne, et intellectuellement rattaché à la culture gréco-latine.

Nous arrivons ainsi à l’équation suivante : Immigration arabo-africano-musulmane + natalité arabo-africano-musulmane en France + langue arabe à l’école = arabisation et islamisation de la France.
Merci à Monsieur François Hollande ! Mais surtout merci à Madame Najat Belkacem, merci à son Altesse Royale le Sultan du Maroc Mohamed VI, merci au Qatar, merci à l’Arabie des Séoud qui ont su saisir l’opportunité qui leur était offerte de développer une stratégie pour tenter d’arabiser et islamiser à plus ou moins long terme notre pays...

Des études montrent que la réussite scolaire dans le public diffère, selon que l’on constate ici ou là l’existence d’un groupe socioculturel homogène ou non. Cette notion d’homogénéité est primordiale. En effet on constate que, dans le secteur des banlieues à forte proportion de migrants, ces populations sont hétérogènes : on y trouve, parfois, plus de 50 nationalités différentes et autant de dialectes et de langues, ce qui, pour avoir un effet sur la réussite, est plutôt négatif.

Que constatons-nous dans ces quartiers dits difficiles, trop souvent de non-droit ? Nous voyons que majoritairement ces populations hétérogènes ont toutefois un lien commun, l’islam ! Et, c’est là que tout va se jouer avec l’arabe en CP ! Pour l’instant facultatif.. .Nous ne cesserons de le rappeler. Souvenons-nous qu’aux Etats-Unis d’Amérique, l’espagnol avait déjà été, il y a quelques années, proposé comme langue officielle avec l’anglais. La raison en est simple, les hispaniques, les latinos représentaient en 2013 près d’ 1/5 ième de la population. Ajoutons Noirs, Asiatiques et nous conviendrons que les minorités deviennent majoritaires aux USA. La population américaine est en grande mutation. La population française SE NOIE et l’indigène refuse le gilet de sauvetage que lui tendent quelques politiciens conscients de la situation depuis des lustres.

Entre les USA et la France il y a une énorme différence. Elle n’est ni raciale ni ethnique, elle est « historique et religieuse » ! La majorité des hispaniques sur tout le continent américain est de confession et de croyance majoritairement catholique.
Tous les pays hispaniques d’Amérique du nord, d’Amérique centrale et du sud ont une Constitution, bonne ou mauvaise, mais à notre connaissance, en principe, rien n’est au-dessus de la Constitution.
Cela est d’une importance capitale puisque nous ne pouvons ignorer ou balayer d’un revers de main que la majorité des migrants du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne, migrants aujourd’hui nombreux par millions, pratiquent la religion islamique et que le Coran c’est leur Constitution !

Il n’y a qu’Alain Juppé pour déclarer qu’il y a un islam de France, des musulmans de France, que l’islam est compatible avec la République et la laïcité, etc...
Le Maire de Bordeaux est un ignorant ou un tricheur : sait-il ou ne sait-il pas qu’il n’y a qu’un seul islam et que ça n’est certainement pas un « Islam de France » comme il dit, mais un islam conquérant et que « la République », dont il veut prendre les rênes, se trouve actuellement dans l’incapacité de renverser la vapeur.
Chaque jour que Dieu fait, le nombre de musulmans arrivant en France augmente et parmi eux il n’y a pas que des « modérés » !

Alain Juppé est à la conquête du pouvoir. Pour y arriver il a un besoin incontournable, le vote massif des musulmans !
Et pour cela, il caresse dans le sens du poil, sous les conseils de son Imam islamique, les populations musulmanes en droit de voter dans notre pays.

Revenons donc à nos moutons. Nous allons tenter de décortiquer le cortex de Madame Belkacem la bien nommée (La zone de cortex du sillon médian, entre les deux hémisphères, est appelée le cortex cingulaire : c'est une zone de paléocortex appartenant au système limbique, un système impliqué dans la mémorisation et les émotions. Il est d'une grande importance dans les relations sociales).

Voilà une dame, Ministre de notre Education Nationale française, qui n’aime pas les intégristes. Nous applaudirions des deux mains et des deux pieds, s’il s’agissait bien sûr de l’intégrisme islamique, mais que nenni !
Ces propos ne concernent en rien la religion de Madame Belkacem, ils concernent les catholiques et le Pape !

Celle-ci n’aime pas les "intégristes", mais reste toutefois très prudente quand il s’agit d’aborder l’islam, alors qu’elle ne ménage pas ses coups contre les catholiques. Le Pape François ayant dénoncé l’enseignement de la "théorie du genre" dans les écoles françaises, la ministre de l’Education déclare, toute honte bue, sur France Inter
: « Je vois qu aura été aussi victime de la campagne de désinformation massive conduite par les intégristes ». Ainsi Madame Belkacem, sur des sujets aussi sérieux que ceux-là, non contente de matraquer les catholiques, culpabilise et accuse également le Pape de suivre des fanatiques catholiques.
En somme le Pape serait un imbécile, qui n’aurait pas suffisamment de moyens intellectuels pour donner un avis à ses ouailles sur la théorie du genre. Avec ce culot intolérable qui lui est propre et que nous lui connaissons, assurée de son impunité, elle n’hésite pas à laisser entendre que le chef de l’Eglise catholique : « aura été victime de la désinformation massive par les intégristes
Najat la rifaine musulmane oublie que sans la France catholique qui l’a accueillie, avec sa famille, elle serait peut-être restée une gardienne de chèvres au Maroc, pays auquel elle dédie tout son amour (voirci-dessous, en fin de cet article, l’interview).
A-t-elle été, une seule fois, victime des « intégristes catholiques » ?
Probablement jamais alors que la France a été, elle, sauvagement touchée dans sa chair par des attentats terroristes revendiqués au nom de son islam qu’elle tente, je le pense, d’imposer par le biais de la langue arabe, dès l’âge de 6 ans, dans nos écoles primaires !
Madame Belkacem ne peut ignorer que le cri des terroristes et djihadistes Allah u Akbar n’est pas le cri de ralliement des catholiques intégristes...

Sur internet on peut trouver une photographie représentant une petite fille gardant des chèvres, qui serait la petite Najat enfant, telle qu’il en existe dans le bled rifain, mais ça n’est qu’un hoax, un faux ! Cependant, le récit que donne la Ministre de l’Education Nationale, elle-même, de sa petite enfance au Maroc n’en est pas totalement éloigné.
Née le 4 octobre 1977 à Béni Chiker, un village marocain de 5000 habitants dans la région du Rif, Najat Vallaud-Belkacem y vit jusqu'à ses quatre ans. Elle rejoint ensuite, avec sa mère et sa sœur ainée, son père ouvrier dans le bâtiment, immigré en France où elle grandit à Abbeville puis à Amiens. Dans une interview accordée à France Info, en novembre 2013, elle évoquait la courte période de sa petite enfance au Maroc
: «J’ai des souvenirs gravés en mémoire dans lesquels j'accompagne mon grand-père pour garder les chèvres, par exemple. D'autres où l'on va chercher l'eau au puits, parce qu'on n'avait pas l'eau courante, ni l'électricité d'ailleurs. Je nous revois très bien en train de descendre la montagne en claquettes.», dit-elle.

Drôle d’équipe ministérielle que celle de Monsieur François Hollande. L’angle d’attaque de Madame Najat Vallaud-Belkacem, qui cherche à faire croire que le danger intégriste serait dans les rangs catholiques alors que l’islam totalitaire, apocalyptique, menace la démocratie française, annonce d’autres impostures du même ordre dont la langue arabe, dès l’âge de 6 ans, dans nos écoles républicaines, serait un plus, sans préciser pour qui !
Déjà, sur RTL, Manuel Valls, qui rêve, aujourd’hui, de devenir calife à la place du calife, déclarait :
"Mon ennemi, mon adversaire, c’est le FN", laissant en paix les salafistes, les Frères musulmans et leurs idiots utiles.
Récemment, Laurence Rossignol avait mis en garde contre le "retour des intégrismes religieux", en désignant, non l’Etat islamique, Al-Qaïda ou autres salafistes et Frères Musulmans, mais « La Manif pour Tous ».
Cette dame n’est rien d’autre que la Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes...Oui, Docteur, c’est grave !

Ne dit-on pas qu'en politique la violence et l'insultesont le dernier refuge de l'incompétence
Je m’avance peut-être mais, connaissant parfaitement la mentalité des indigènes de cette partie du Maroc qu’est le Rif, je ne crois pas que les peuplades berbères et arabes du bled de Madame Belkacem soient des adeptes de la théorie du genre, pas plus qu’elle en son for intérieur, d’ailleurs !
Un temps, pas si lointain que cela, les Aït Isnassen, rifains de l’est du Maroc, ayant pour capitale Berkane, portaient de village en village, au bout d’une pique, les têtes des chefs de tribus et de tous ceux qui avaient porté allégeance au « Roumis »...
Pour eux, seules comptaient les lois portées par le Coran !

En réalité, n’est-ce pas plutôt les propos tenus par le Pape qui inquiètent Madame Belkacem et son camp ?
Relatant le témoignage d’un parent d’élève qui lui expliquait que son fils de dix ans voulait être line» fille» quand je serai grand", voici ce que dit le saint père dans une réponse publique improvisée à une interlocutrice : "Irina, as mentionné le grand ennemi du mariage : la théorie du genre. Il y a aujourd’hui une guerre mondiale pour détruire le mariage. Il y a aujourd’hui des colonisations idéologiques qui détruisent. Elles ne détruisent pas avec des armes, elles détruisent avec des idées. Il faut se défendre des colonisations idéologiques".

Le chercheur Mohammed Hocene Benkheira souligne que dans l'islam, depuis l’origine, seule la sexualité entre partenaires de sexes opposés est autorisée, la sodomie entre mâles étant décrite comme une « abomination sans pareille », un « crime horrible et révoltant », car « il ne peut y avoir d'union qu'hétérosexuelle ».
Ce qui revient à dire, selon le Pape, que Madame Belkacem, musulmane revendiquée, participe « d’un crime horrible et révoltant » en toute connaissance de cause, ce qui est d’autant plus grave !
Qu’est-ce qui fait alors que les islamistes ne lancent pas de Fatwa à son égard ?
Posons-nous la question !

La théorie du genre, soutenue par nos politiques de tout bord est, et restera, une haute trahison contre l’humanité toute entière. D’ailleurs, à ce sujet, Madame Belkacem c’est plutôt « faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais ».
Un exemple très simple : au Maroc, si la preuve du concubinage entre un homme et une femme est rapportée par suite d’un constat de flagrant délit dressé par un officier de police judiciaire ou par aveu, le garçon et la fille concernés sont passibles d’une peine d’emprisonnement d’un an. Cette peine est au contraire plus sévère s’agissant d’individus de même sexe (amende de 200 à 1.000 dirhams et peine de prison de trois ans) Sans compter le reste !

Madame Najat Vallaud Belkacem reste, en son âme et conscience marocaine, musulmane et pour finir française comme quelque millions de ses coreligionnaires musulmans que nos politiciens ménagent avec l’espoir d’obtenir leurs votes.. .rien d’autre ! Nos hommes politiques, dans leur très grande majorité, ont un tube digestif tellement développé que celui-ci prend le pas sur leur conscience !

A l’heure où le Sultan Mohamed VI, Roi du Maroc, engage la réforme des manuels scolaires sur l’éducation islamique, devenue éducation religieuse, différence particulièrement importante pour les musulmans, cette ministre de l’Education nationale nous impose l’enseignement de la langue arabe pour les enfants français, dès l’âge de 6 ans. Il paraît clair que parler et lire l’arabe pour la masse de petits musulmans permettrait un accès plus facile à la lecture du Coran et leur réintégration dans la communauté de l’Oumma. La très musulmane Belkacem ne s’arrête pas en chemin, voilà qu’elle se mêle du burkini controversé pour accuser les Français de racisme. Interdire « la djellaba de baignade », serait selon elle, « libérer la parole raciste, des Français ».

N’y a-t-il pas danger à voir dans la classe dirigeante de notre pays des islamistes, doubles nationaux qui défendent d’abord des intérêts communautaires avant l’intérêt général ?

Nous en concluons que Najat Belkacem est ce que les bienpensants, aveugles ou bornés, appellent une « musulmane modérée ». Modérée, uniquement quand ça l’arrange. Mais pas modérée lorsqu’il s’agit de défendre la religion islamique et changer les mœurs chez nous. Elle, qui est la première à monter au créneau contre ceux qui deviennent, à ses yeux, des racistes, quand ils s’opposent à la théorie du genre, au port du burkini, à l’arabe en CP et qui veulent du porc dans les cantines scolaires de la République, cela fait tout de même beaucoup !

Evidemment si cela est possible, c’est parce qu’il y a un homme qui décide.
Cet homme c’est François Hollande qui ferait aussi dans la foulée plaisir à ses amis, les nouvelles coqueluches de la gente politique française, l’Arabie Saoudite et le Qatar !
Les élections présidentielles sont en perspective, l’heure approche où le Français ira déposer dans l’urne son bulletin de vote pour élire celui ou celle qui sera le fossoyeur ou le rénovateur de la France. Qu’en sortira-t-il ?
Qui, aujourd’hui, est en mesure de faire pencher la balance entre l’arabisation et la refrancisation de nos territoires ?
La Reconquista aura un prix, sommes-nous prêts à payer ce prix ? Ou bien, inconsciemment, la soumission est-elle déjà au rendez-vous ?

Il faut dire que Madame la Ministre Belkacem a été, ou est peut-être encore, gratifiée pour prêter ses compétences et servir les intérêts de son Roi Mohamed VI, Commandeur des croyants, en encourageant l’identité nationale et religieuse des immigrés marocains par le biais du Conseil de la Communauté Marocaine de l’Etranger créé par le royal Dahir n° 1-07-208 du 10 hija 1428 (21en décembre 2007) constitutionnalisé en 2011. Poste qu’elle prétend avoir abandonné cette même année. Sa démission de cet organisme est contestée par le journaliste marocain, Ali Ama.
Puis, fin avril 2012, Madame Belkacem est interpellée par Madame Valérie Debord, déléguée adjointe de l'UMP :
elle précise avoir quitté cette instance en décembre 2011. Néanmoins, en septembre 2014, son nom apparaît sur le site du CCME en tant que membre du groupe de travail « Approche genre et nouvelles générations ».
Tout un programme qui inclut d’évidence la langue arabe et, entre les lignes, pourquoi pas y voir l’islamisation de la France ?

L’islamisme c’est une option politique et non religieuse mais qui se veut telle. Qu’est-ce donc alors ce qui pousse les fondamentalistes (retour aux fondements de l’islam), les intégristes (qui souhaitent l’application intégrale du dogme), et autres radicaux (étymologiquement racine) ? La réponse se trouve peut-être dans la crainte de voir la mort de l’islam devant l’inéluctable laïcisation, comme l’a vécu l’ensemble du monde chrétien. Les concessions des Eglises chrétiennes au rationalisme, au modernisme, à la liberté de penser et de celle de changer de religion, sont autant de menaces à leurs yeux. Les islamistes ayant acquis la conviction qu’ils ne devaient rien céder dans l’un ou l’autre de ces domaines, faute de disparaître, ont choisi qu’il fallait réagir violemment face à leur moindre apparition. La France, territoire en devenir musulman, est donc une cible facile pour les intégristes qui y trouvent une population prête à l’emploi ! La France est faible et n’est actuellement pas en mesure de se défendre !

Nous avons maintenant bien compris que l’arabe à l’école, dès le CP, n’est qu’une étape dans l’arabisation et l’islamisation de la France, jusqu’à son aboutissement souhaité par une minorité aux commandes.
Cette arabisation et cette islamisation s’affirment tous les jours un peu plus : les abattages rituels, les menus spécifiques dans les cantines scolaires, les temps de prière sur les lieux de travail, le port du voile qui s’accentue, le burkini qui, à ne pas en douter, l’été prochain, envahira nos plages et peut-être aussi nos piscines.
Nous voyons apparaître des partis politiques islamiques, les imams intégristes de l’UOIF, proches des Frères musulmans, nagent en eaux troubles sans être inquiets le moins du monde.
Ceux-là ne pratiquent pas la langue de bois mais la langue de plomb.
Les associations communautaires musulmanes fleurissent comme la Ligue de Défense judiciaire des musulmans (imaginons une Ligue de défense exclusive des catholiques, le CCIF, Collectif contre l'Islamophobie en France, etc, etc. La petite main jaune de « Touche pas mon pote » a fait des émules...
Il y a même une association de défense du consommateur musulman A.D.C.M.
Un comble dans un pays qui se targue de laïcité mais qui accepte sans rechigner que certaines traditions musulmanes se fassent dans les Mairies alors que les Crèches et les arbres de Noël y sont interdits !

Ce lien mène vers une vidéo sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=5r-ekDHJqTA

A l’attention de ceux qui ne peuvent accéder à Internet, j’ai souhaité transcrire l’intégralité de l’interview de Me Najat Vallaud Belkacem. Ses propos sont clairs, il ne peut y avoir aucune interprétation possible.
C’était à Lyon en 2008, Madame Belkacem était alors 6e Adjointe au Maire de Lyon, chargée des grands Evènements-Jeunesse-Vie associative,
Conseillère du 3ieme arrondissement,
Conseillère communautaire de la Communauté Urbaine de Lyon & Conseillère régionale Rhône-Alpes. De la capitale des Gaules (Lyon)

Najat Vallaud Belkacem vous souhaite un joyeux « yennayer » (Jour de l ’an des berbères. Traditionnel !)

J pour journaliste et les lettres NB pour Najat Belkacem

Le journaliste J: Nous sommes ici toujours à Lyon pour yennayer donc Najat bonsoir... « rézoul ».

NB - Bonsoir» « zerklaoui »

J- Je crois savoir que vous êtes investie ici même à la Mairie de Lyon !
NB- Je suis adjointe au Maire de Lyon, en charge des grands évènements, de la jeunesse et de la vie associative.

J- Une délégation pas trop chargée, ça va ?

NB- Si, très chargée, mais en même temps extrêmement intéressante et qui permet de faire beaucoup de choses qui justement mêlent l’activité associative avec l’organisation d’événements et en particulier en direction des jeunes, donc c’est assez intéressant.

J- Je crois savoir sur le fait qit même se déroule le nouvel an berbère !

NB- Oui, absolument, parce que l’Association Awal, qui est organisatrice de ce nouvel an berbère, est une association que nous apprécions beaucoup, que je suis pour ma part depuis plusieurs années avec beaucoup d’attention et de sympathie euh.., qui a le mérite de réunir toujours un nombre de personnes invraisemblable, donc on a été très heureux cette année de leur ouvrir les portes de l’Hôtel de Ville pour qu’elle puisse tout simplement s’approprier cette maison commune.

J- Les berbères à la Mairie de Paris, les berbères à la Mairie de Lyon, les berbères au Sénat, bientôt les berbères à l’Elysée ?

NB- petit rire, inch’Allah (siDieu veut) ! Sourire...

J- Ben voilà ! Avant de vous quitter, de vous laisser partir, vous êtes aussi d’origine berbère, je crois savoir... un peu marocaine un peu algérienne.

NB- euh...oui-oui, plus ou moins, oui ! Davantage marocaine, disons... J- De quelle région ?

NB- Du Rif !

J- Alors un coucou à passer à tous les berbères marocains qui nous regardent ce soir.

NB- Sachez simplement que j’appartiens à cette culture depuis ma naissance, que j’ai beau avoir changé de pays, m’être installée en France, c’est une culture à laquelle je suis extrêmement attachée, un pays auquel je tiens beaucoup et j’espère que vous tous vous passerez une excellente année 2009 et j’espère avoir le plaisir de vous revoir bientôt !

J- Et en berbère...

NB- s’exprime alors en dialecte berbère mâtiné d’arabe !
Fin de l’interview. Tout est dit !


Dernières questions :
Où iront-ils chercher les professeurs d’arabe ?
Chez les imams salafistes ou les Frères Musulmans ?
En Algérie ? Au Maroc ?
Parmi les derniers arrivés des clandestins djihadistes ?
Seront-ils la Cinquième colonne de l’islam en phase de réussir sa conquête ?


Clanude SAEZ
Crédit:PNHA N°229
Vers les archives
Les articles de PNHA
Vers l'accueil