logo




La France est-elle foutue ?
Oui, sauf si…


logo


Dès l’annonce de la victoire de François Hollande, de nombreux patriotes ont pensé que cette fois, c’était le coup de grâce pour notre pays. Notre lecteur, Michel Tonarelli, a même annoncé la fin de la France à l’issue du quinquennat du nouveau président de la République, dans 260 semaines.

« Les cinq prochaines années vont voir l’Utopie Bisounoursienne pour les nuls (et par des nuls) en action, elles vont dégouliner de bons sentiments de destruction massive et de chaude fraternité humaine, diverse, métissée et obligatoire ;
les cinq prochaines années vont être merveilleusement fastes pour les étrangers électeurs, pour les immigrés clandestins sans-papiers régularisés, pour les islamistes haineux et leurs innombrables idiots utiles, pour les délinquants multi-récidivistes jamais punis, pour la multitude qui s’essuie les pieds sur un pays qu’elle déteste et se torche avec son drapeau, pour ceux qui réclament l’extension illimitée de leurs lubies nombrilistes en droits constitutionnels garantis ;
les cinq prochaines années vont voir la France exposée en proie aux hordes de pillards de la racaille d’en-bas islamisée et de la racaille d’en-haut américanisée. »

Les premières images vues hier, à la Bastille, vont plutôt dans le sens de cette analyse sombre. Nombreux drapeaux étrangers, peu de drapeaux français. Dans le pays, des témoignages similaires remontent.
Sarkozy battu, les racailles se croient encore davantage tout permis et insultent les policiers.
Les clandestins, convaincus d’être bientôt régularisés, narguent les forces de l’ordre. Premiers signes, des voitures furent incendiées dans la nuit, et des femmes en burqa narguaient les lois françaises sur les Champs-Elysées. Une partie de la population vivant en France a parfaitement intégré ce qui signifie « Le changement, c’est maintenant ».
On apprend que 93 %des musulmans auraient voté François Hollande…
Les socialistes parlent de « France apaisée ».
Pour Hollande et les siens, cela veut dire qu’on ne parlera plus des problèmes liées à l’immigration, ni à l’insécurité, ni à l’islamisation, et encore moins d’identité nationale !
Place à la France des bisounours, livrée à la violence de ceux qui la haïssent, et qui rêvent d’y imposer leur loi.



Effectivement, la France est foutue si :
- Le politique immigrationniste du gourou savant fou Attali, soutenu par le Medef, se met en place, avec 300.000 immigrés supplémentaires par an, durant trente ans.

- Une politique de régularisation massive des clandestins se met en place, accélérant le changement de population. Le vote hégémonique des musulmans pour le candidat socialiste a forcément des retombées dans le 93 :
François Hollande fait 77% à Bobigny (93), 75% à la Courneuve (93), 74% à Pierrefitte, 73% à Stains, 72% à Bagnolet, montrant l’intérêt électoral, pour le Parti socialiste, de procéder au plus vite à un véritable remplacement de notre peuple par les représentants d’une nouvelle civilisation, pour reprendre le thème de campagne de Martine Aubry.

- La nouvelle crise grecque aidant, l’accélération de la mise en place de l’Union fédérale européenne, voulue par Hollande et les siens, rogne les derniers pans de souveraineté qui restaient à notre pays.

- La dictature des anti-racistes, qui ont appelé à voter pour le nouveau président, se traduit par de nouveaux arsenaux juridiques transformant notre pays en une dictature de la pensée unique, interdisant le contre-pouvoir Internet, comme le rêvent les Sopo-Tubiana et leurs complices, et traînant tous les « déviants » devant les tribunaux.

- Les milices fascistes qui se réclament de gauche continuent, en toute impunité, à multiplier agressions, insultes et intimidations contre les patriotes.

- Le Syndicat de la Magistrature continue de défendre une justice où la culture de l’excuse tend une perche bienveillante aux délinquants, tandis qu’elle demande des comptes à tout citoyen qui a le tort de ne pas se laisser dépouiller ou égorger passivement, ou tout policier qui ose répondre à des tirs à son encontre

- Les pédagogistes fous continuent de casser l’école de la République, d’y faire encore baisser le niveau, au nom de l’égalité, et de supprimer toute référence à notre pays, au nom d’une vision « citoyen du monde »…

- Les classes moyennes supportent seules les conséquences inévitables de la politique socialiste, pour financer l’inévitable assistanat que l’immigrationnisme du nouveau gouvernement va mettre en place.

- Les islamistes, qui tous ont appelé à voter Hollande, réclament de nouveaux accommodements raisonnables avec la laïcité, sous l’impulsion de Dounia Bouzar, intronisée nouvelle madame Laïcité par Glavany et ses complices, pour prix de leur participation décisive à la victoire du nouveau président de la République.

- Sous la pression des illuminés Verts, Hollande accélère la destruction de la filière nucléaire, dont le savoir-faire est un atout essentiel pour notre pays.

Si le scenario du Bobo Jocelyn se met en place, et que les patriotes ne réagissent pas, effectivement, pour reprendre une phrase d’Oskar Freysinger, qui expliquait par ailleurs que la France avait besoin d’un Charles Martel, la France est foutue.



Mais dans la vidéo qu’ils ont tournée rapidement, hier soir, Pierre Cassen et Christine Tasin expliquaient que la particularité française est que ses présidents, depuis 1981, font rarement ce pour quoi ils ont été élus.
Il y a surtout une nouvelle donne, une nouvelle opposition, qui devrait s’exprimer aux prochaines législatives.
Il n’est pas vrai que les Français ont voté massivement et avec enthousiasme pour François Hollande. Ils ont d’abord sanctionné Nicolas Sarkozy.
Le fait que 2,1 millions d’électeurs, soit 7 % des électeurs, ait voté blanc ou nul est particulièrement significatif.

La prochaine campagne des législatives sera une étape très importante dans la construction du dernier rempart qui demeure, pour s’opposer à la destruction de notre pays : le front des patriotes.

Les idées développées par Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, dans la dernière campagne, pèsent bien plus que les 20 % qu’elles ont recueillies. De nombreux compatriotes, qui ont voté « utile » pour Nicolas Sarkozy, qui a tenté de les reprendre à son compte, sont sur cette ligne. Aujourd’hui, il est évident que ce n’est pas l’UMP des Juppé-Fillion-Copé-Kosciusko-Morizet-Raffarin qui est capable d’offrir une alternative crédible à la catastrophe Hollande-Aubry-Mélenchon-Joly, et encore moins les Borloo-Bayrou, alors que sur le fond, ils défendent la même politique.

Il appartient aux Français de consolider la seule résistance possible à la dictature mondialiste et européiste, dont Hollande ne sera que le servile serviteur, en contribuant, chacun avec ses moyens, à ce que les élections des 10 et 17 juin prochains donnent les moyens, au premier et deuxième tour, d’empêcher que les socialistes et leurs complices n’aient une majorité écrasante, et surtout permettent à une nouvelle opposition parlementaire d’émerger, permettant de consolider les fondations de la résistance patriotique qui doit se mettre en place au plus vite.
Il est donc urgent que, dépassant les intérêts de boutiques, le rassemblement le plus large des patriotes se mette en place pour que nos idées soient représentées le plus largement possible au Parlement.

La résistance internet de sites comme le nôtre, et d’autres, est indispensable, mais la résistance ne peut se contenter d’internet, il faut entrer massivement dans les partis ou associations qui proposent, sur le terrain, de refuser la catastrophe qui se profile avec la politique de Hollande l’imposteur et sa clique.
Il faut construire une vraie résistance patriote, dans l’esprit de celle qui se met en place dans « La faute du bobo Jocelyn ».

C’est la seule et dernière chance de la France, pour donner tort aux prophéties de Michel Tonarelli et d’Oskar Freysinger.


La Résistance, c’est maintenant !

Edito de Cyrano
repris de riposte laïque




-
Sommaire des propos
Les pages du mois précèdent
Accueil