logo





Si MLP veut gagner,
changement immédiat de programme économique !



logo

Marine Le Pen perdra les élections si elle continue sur cette voie démagogique socialiste.

Le FN a une occasion unique de gagner la présidentielle, mais il gâche ses chances à cause de Philippot et de la stupidité de son programme économique socialiste étatisé, qui déplaît aux électeurs éduqués Républicains des classes moyennes et supérieures. La vérité, c’est qu’on peut être en même temps régalien, nationaliste, patriote, conservateur dans les valeurs, européen et un libéral éclairé en économie ! Ce fut le cas pour de Gaulle !

Quelques remarques sur le programme économique démentiel de Marine Le Pen à Lyon :

Le sacro-saint pouvoir d’achat ?
On peut s’époumoner en disant : le pouvoir d’achat, le pouvoir d’achat ! Mais il n’y aura de pouvoir d’achat dans l’Hexagone que le jour où la France créera davantage d’entreprises avec des emplois véritables, sains, stables, bien payés, correspondant à une demande réelle solvable.
Étatiser, c’est tuer le pouvoir d’achat ! La France est un pays de « gagne-petit » avec un salaire moyen net de 1.600 euros, soit 500 euros seulement au-dessus du SMIC net de charges !
Le nivellement et l’égalité socialistes UMPS par le bas, voilà ce que fait la France depuis 40 ans ; ce que ne comprendra jamais l’énarque sans expérience professionnelle Philippot !

La sortie de l’euro ? Une ânerie de plus !
La France s’écroule économiquement non pas à cause du bouc émissaire euro, mais parce que la France, depuis 40 ans, fait du socialisme UMPS, contrairement à l’Allemagne de Gerhard Schröder !
La France a trop de fonctionnaires, un Code du travail inadapté, les 35 heures, la retraite qui n’est pas à 65 ans (Marine Le Pen veut l’abaisser stupidement à 60 ans), des syndicats idéologues, bref, des structures économiques sclérosées comme une entreprise privée en faillite pleine de graisse avec des frais généraux trop élevés, des salariés qui travaillent peu et des dirigeants incapables qui s’en mettent plein les poches.

Parler de la monnaie commune pour noyer le poisson, c’est prendre les Français pour des crétins ;
c’est, en fait, le retour au franc, aux dévaluations sans fin, avec le risque très réel d’une hyper-inflation comme dans l’Allemagne de Weimar en 1923 !
Jacques Sapir est, d’ailleurs, conscient que les retraités épargnants seront ruinés !
Marine Le Pen doit donc maintenir la France dans la zone euro et accepter les réformes structurelles indispensables de bon sens, dont la réforme des retraites et la fin de scandaleux régimes spéciaux.

Protectionnisme. Le FN a raison pour le principe du protectionnisme, mais une entreprise, pour être moderne et compétitive, pour survivre, a besoin d’un marché intérieur suffisant !
Il faut mettre en place, non un protectionnisme ringard au niveau de l’Hexagone, mais un protectionnisme pragmatique d’avenir intelligent au niveau de l’Europe, ce qu’a dit le prix Nobel Maurice Allais pendant toute sa vie !
Il faut, au minimum, 200 millions d’habitants pour avoir des Airbus, des Ariane, des Galileo et fabriquer d’une façon compétitive la plupart des produits industriels.

La taxe de 3 % sur les importations en France ? Cela amènera des mesures de représailles des autres pays européens.

Il faut n’avoir aucune expérience pour proposer des mesures aussi stupides, inefficaces, contre-productives. Ce genre de taxes doit être appliqué avec des taux élevés seulement au niveau européen pour certains secteurs spécifiques en danger. L’Union européenne taxe, par exemple, l’acier chinois mais d’une façon insuffisante : quatre fois moins que les États-Unis !

Autoriser le financement gratuit du Trésor par la Banque de France ? Une vieille lune démagogique stupide.
L’État est incité à emprunter gratis et, donc, à dépenser de façon inconsidérée.
Cela revient, pour la Banque de France, à créer davantage de monnaie pour financer le déficit abyssal ! Demain, on rase gratis !

Marine Le Pen perdra les élections si elle continue sur cette voie démagogique socialiste, mais est-elle seulement capable de tenir un autre discours économique, celui de la responsabilité, de l’avenir et de l’efficacité, car moins simpliste ?


Marc Rousset
crédit:bvoltaire.fr



Acces aux archives de notre site
Accueil