logo





Y aura-t-il des élections
présidentielles en 2017 ?



logo

La République née dans le sang finira-t-elle dans le sang ?

C’est La question.

Une disqualification du candidat de la droite dite classique, des émeutes fomentées par les nouveaux anarchistes, dont le drapeau n’est plus noir mais vire au vert coranique et au rouge sang révolutionnaire. La République tremble sur ses bases. Les deux grands partis qui se partagent le pouvoir depuis des décennies et qui, selon les sondages, ne seraient pas au second tour des présidentielles. Une police contestée, une justice bafouée…

Voici les ingrédients d’une recette chimique explosive. La République, née dans le sang, finira-t-elle dans le sang ?

Au-delà de ces constats politiques, la France, un des plus vieux États-nations du monde, stable car doté d’institutions fortes, est en passe de vivre un de ses soubresauts dont elle a le secret depuis 1.500 ans.

De ses pouvoirs régaliens, l’État a perdu sa légitimité de justice et d’ordre. Le quatrième pouvoir n’a jamais été autant discrédité. La parole politique ne porte plus. Même celle émanant de la principale force dite d’opposition.

Reste l’article 16 de la Constitution de 1958 donnant les pleins pouvoirs au chef de l’État.

Voilà le décor de la pièce qui semble s’annoncer.

Rien ne naît de manière fortuite. La nature nous l’enseigne. Les « quatre causes » aristotéliciennes nous le prouvent.

Sans la pénurie de pain, organisée par les Orléans, pas de Révolution française.

Sans la visite de François Hollande au désormais célèbre Théo, pas de nuits d’émeutes.

Les contradictions internes du système qui nous régit semblent exploser sous nos yeux. Il faut exacerber ces contradictions pour arriver au précipité chimique de l’explosion : la police, c’est l’injustice et le désordre. La justice, c’est l’iniquité et le laxisme. La police contre la justice. La justice contre la police.

Les élites mondialisées laisseront-elles le Vieux Continent européen aux mains d’émules d’un Trump ou d’un Poutine « brexisés »?

Quels sont leurs choix ? Que se trame-t-il dans les allées de Davos ?

– Une confrontation Macron – Le Pen ?
Une République ingouvernable quelle qu’en soit l’issue. Aucun des deux n’aura de majorité absolue au Parlement. – Le risque d’un renversement du régime ou un coup d’État constitutionnel organisé ?


Marine Le Pen, bien qu’ayant donné tous les gages de bonne conduite au système, ne peut être acceptable dans les allées du pouvoir mondial. Macron, gonflé à l’hélium médiatique, est trop incertain. Il est le candidat le plus inflammable de tous à l’approche de l’épreuve de vérité. Il ne repose que sur des sondages… Il est, pour nos élites, un pari plus risqué encore que Hillary Clinton.

Bref, la formule chimique Fillon carbonisé, Macron gonflé à l’hélium, Le Pen aseptisé, duo police-justice annihilé égale : solution chimique instable.

Pour arrêter ce processus démocratique au résultat hypothétique, voire accidentel, il ne reste à la République que le recours à l’article 16 qui fera passer l’état d’urgence actuel pour un gentil jeu de société entre amis.

Et pour légitimer son recours, il faut un ingrédient : « émeutes en banlieue, saison 2 ».
La saison tournée en 2005 s’est jouée sans armes à feu et sans mort…
Ajoutez à cela un zeste d’attentats et servez chaud. C’est prêt.

Avec l’article 16, le chef de l’État pourrait repousser sine die les élections de mai 2017.


Nicolas Fontaine
crédit:bvoltaire.fr



Acces aux archives de notre site
Accueil